Violences sexuelles dans le sport : 533 affaires sont en cours de traitement, affirme Roxana Maracineanu

Tous les signalements et témoignages liés à des violences sexuelles dans le sport sont traités, a assuré la ministre déléguée aux Sports sur le plateau de franceinfo, lundi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Roxana Maracineanu a déclaré, lundi 13 septembre, que 533 affaires de violences sexuelles étaient en cours de traitement par le ministère des Sports. (D.R)

La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, a déclaré dans la soirée du lundi 13 septembre sur le plateau de franceinfo, que 533 cas de violences sexuelles étaient en cours de traitement par le ministère des Sports. "Tout signalement et témoignage fait aujourd'hui l'objet d'une procédure. 100% des signalements sont traités, ce qui n'était largement pas le cas avant. Nous avons aujourd'hui 533 affaires, situations problématiques, pour 584 agresseurs potentiels", a-t-elle précisé.

Il s'agit d'intervenants dans le milieu sportif (bénévoles, encadrants, etc...), concernant des affaires aussi bien actuelles, que passées. "Il y a des procédures en cours, comme des enquêtes administratives. Il y a également eu des signalements à la justice. Ce n'est pas un sujet anodin", a insisté la ministre déléguée.

Les acteurs sportifs impliqués dans le processus

Roxana Maracineanu a également indiqué que les présidents des fédérations étaient impliqués dans la gestion de ces affaires. "On va signer de nouveaux types de contrats de délégation. La relation entre l'état et les fédérations se renouvelle, non seulement sur la pratique sportive, mais surtout sur la partie éthique et intégrité."

Des actes qui s'inscrivent dans la lignée du plan de lutte contre les violences sexuelles, dévoilé par Roxana Maracineanu en février 2020, en réponse aux multiples témoignages de violences sexuelles dans le sport.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.