La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, dévoile un plan de lutte contre les violences sexuelles dans le sport

Les grands principes de ce plan ont été dévoilés lors d'une Convention nationale de prévention des violences sexuelles dans le sport, au siège du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), vendredi. 

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 3 février 2020. 
La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, lors d'une conférence de presse à Paris, le 3 février 2020.  (BERTRAND GUAY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une réponse politique aux multiples témoignages de violences sexuelles dans le sport. Secoué depuis trois semaines par une accumulation sans précédent de révélations, le sport français pose les premières bases d'une mobilisation pour lutter contre ces abus lors d'une convention nationale, vendredi 21 février à Paris. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, dévoile les grands principes de ce plan de lutte contre les violences sexuelles au siège du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), vendredi après-midi. 

"Tout le monde reconnaît, nous aussi au ministère, qu'on ne mesurait pas l'ampleur, le nombre de cas et la gravité" de ces violences, avait-elle déclaré dans un entretien à l'AFP, il y a une semaine. 

Les fédérations sportives aux côtés de la ministre. Les fédérations sportives sont les principales invitées de cette journée, et des ateliers de travail débutent avec elles "dès cet après-midi" pour bâtir un plan de prévention avec l'exécutif. Ces travaux donneront lieu à une synthèse et des propositions au mois de mai. 

Des contrôles et formations généralisés. Parmi les mesures prévues, le gouvernement prévoit la généralisation des "contrôles d'honorabilité" à l'ensemble des fédérations et des clubs, ainsi qu'un module obligatoire de formation des éducateurs sportifs sur l'éthique et l'intégrité. 

Libérer la parole des victimes. Roxana Maracineanu a signé une convention avec le Service national d'accueil téléphonique pour l'enfance en danger (Snated). Le numéro 119 de l'Enfance en danger pourra désormais recueillir la parole des victimes dans le champ sportif, après une formation des écoutants par la Direction des sports.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VIOLENCES_SEXUELLES

23h05 : "MeToo n'est pas un mouvement de femmes, nous sommes un mouvement de survivants (...) les hommes sont aussi des survivants de violences sexuelles."

L'activiste a donné une interview à BBC News (en anglais) et est revenue sur les fondements du mouvement #MeToo. "Il ne s'agit pas d'une guerre contre les hommes. Nous ne pouvons obtenir les changements que nous voulons que si tout le monde s'engage."

22h57 : c'est un moment de catharsis pour beaucoup de fédérations, beaucoup d'instances sportives et pour nous, État. Nous n'avions pas mesuré tous ensemble, je pense, la gravité des faits.

Une convention nationale de prévention des violences sexuelles dans le sport a étéorganisée aujourd'hui par le gouvernement. Contrôle, prévention, outils...Voici ce que contient le plan de lutte.




(Bertrand GUAY / AFP)

21h03 : "C'est exactement comme dans l'Eglise", s'agace l'avocat d'une victime. La comparaison revient presque systématiquement dans la bouche des personnes que j'ai interrogées avec Pïerre Godon. Notre enquête sur le chemin de croix du sport français pour briser l'omerta sur les violences

21h03 : C'est notre enquête du jour. Nos journalistes Pierre Godon et Raphaël Godet ont enquêté sur les violences sexuelles dans le sport français. Les révélations qui ébranlent le patinage artistique, treize ans après une affaire qui a déjà secoué le tennis, n'ont pas encore provoqué de révolution #MeToo dans le sport français. La faute à un système qui cadenasse la parole d'athlètes isolés et fragiles.

Des sportifs et des dirigeants racontent à franceinfo le long chemin qu\'il reste à parcourir avant de briser l\'omerta sur les violences sexuelles.


(JESSICA KOMGUEN / BAPTISTE BOYER / FRANCEINFO)

20h14 : Voici les principales informations de la soirée :

• Plusieurs milliers d'Algériens ont à nouveau défilé à l'occasion du premier anniversaire de la mobilisation qui a contraint le président Abdelaziz Bouteflika à la démission et ont promis de poursuivre le mouvement jusqu'au renouvellement de l'ensemble de la classe dirigeante.

• Sur les douze cas avérés en France d'infection au Covid-19, un Britannique est toujours hospitalisé à Lyon, un Chinois est mort à Paris et les dix autres patients sont guéris. Plus d'une soixantaine de Français sont par ailleurs encore en quarantaine dans l'Hexagone.

• Le gouvernement a présenté un plan d'action pour lutter contre les violences sexuelles dans le sport, sur lesquelles nous publions une enquête. Il prévoit notamment la généralisation de "contrôles d'honorabilité" aux 1,8 million d'éducateurs et dirigeants, y compris bénévoles.

• La chancelière allemande Angela Merkel a constaté que "les différences" étaient "encore trop grandes pour arriver à un accord" sur le budget de l'UE, à l'issue du Sommet des 27 pays de l'Union.

18h26 : Faisons le point sur les principales infos de ce vendredi :

Le gouvernement a présenté un plan d'action pour lutter contre les violences sexuelles dans le sport, sur lesquelles nous publions une enquête. Il prévoit notamment la généralisation de "contrôles d'honorabilité" aux 1,8 million d'éducateurs et dirigeants, y compris bénévoles.


Les 28 Français rapatriés par avion depuis la Chine ont atterri en France et se sont installés dans le village de vacances du Calvados où ils vont passer deux semaines de quarantaine. Par ailleurs, il ne reste plus qu'un malade hospitalisé en France, après la sortie de trois patients guéris.


C'est le début de la fin pour la plus ancienne centrale nucléaire française (encore) en activité. Le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim doit être définitivement mis à l'arrêt la nuit prochaine. L'opération doit commencer à 20h30 et s'achever à 2 heures du matin samedi.

16h45 : Dans le cadre d'un plan d'action contre les violences sexuelles dans le sport, le gouvernement compte élargir à tous les encadrants bénévoles les contrôles "d'honorabilité". Mais la procédure sera d'abord généralisée au sein de la FFF, qui expérimentait déjà cette réforme dans la région Centre-Val de Loire, annonce Roxana Maracineanu : "Avec deux millions de licenciés, ça nous donnera un bon indicateur de comment ça peut se passer", juge-t-elle.

18h01 : Rappelons les principales informations de ce vendredi :

Le gouvernement présente un plan d'action pour lutter contre les violences sexuelles dans le sport, sur lesquelles nous publions une enquête. Il prévoit notamment la généralisation de "contrôles d'honorabilité" aux 1,8 millions d'éducateurs et dirigeants, y compris bénévoles.


Un nouvel avion rapatriant 28 Français en provenance de Chine a atterri en France. Ils vont être placés en quarantaine pendant deux semaines dans un village de vacances du Calvados.


Michel Charasse, ancien ministre de François Mitterrand et ancien membre du Conseil constitutionnel, est mort à l'âge de 78 ans.

C'est le début de la fin pour la plus ancienne centrale nucléaire française (encore) en activité. Le réacteur n°1 de la centrale de Fessenheim doit être définitivement mis à l'arrêt la nuit prochaine. L'opération doit commencer à 20h30 et s'achever à 2 heures du matin samedi.

Après le double attentat de Hanau qui a fait neuf morts hier, les enquêteurs allemands tentent de retracer le parcours de l'assaillant dont le mobile raciste ne fait plus de doute ni pour le parquet antiterroriste ni pour les autorités. Des mesures de sécurité renforcée ont été prises dans le pays.

14h04 : La formation des éducateurs sportifs comprendra désormais un module obligatoire sur l'éthique et l'intégrité. Chaque fédération devra instaurer en son sein un plan de prévention spécifique. Enfin, les écoutants du numéro 119 de l'Enfance en danger vont être formés à recueillir la parole des victimes dans le milieu sportif. Et la cellule du ministère dédiée au traitement des signalements de violences sexuelles va être renforcée par trois agents supplémentaires.

14h01 : Le gouvernement va lancer une mission ministérielle qui doit aboutir à des propositions en mai prochain. Les "contrôles d'honorabilité" menés sur les éducateurs sportifs professionnels vont être généralisés aux éducateurs bénévoles dans l'ensemble des clubs et fédérations.

14h04 : Franceinfo dévoile le contenu du plan de lutte du gouvernement contre les violences sexuelles dans le sport, que la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, présentera tout à l'heure.

14h03 : Et si vous preniez le temps de vous plonger dans certains de nos articles du jour ?

Nos journalistes Pierre Godon et Raphaël Godet ont publié ce matin une vaste enquête sur les violences sexuelles dans le sport et la difficile prise de conscience du milieu. Des acteurs du sport leur ont raconté la difficulté d'être écouté, la réticence des fédérations à prendre des sanctions et la relative prise de conscience à la suite du scandale dans le milieu du patinage artistique.

(JESSICA KOMGUEN / BAPTISTE BOYER / FRANCEINFO)


Notre journaliste Raphaël Godet s'est aussi rendu en reportage au Barcarès (Pyrénées-Orientales), où la campagne a pris un tour étonnant quand la femme du maire sortant a décidé de se présenter contre lui. Une histoire digne de Dallas, comme l'explique un habitant, mais qui illustre aussi un climat politique particulier, où certains administrés préfèrent ne pas trop se risquer à critiquer ouvertement la mairie.




(RAPHAEL GODET / FRANCEINFO)


Enfin, alors que des rapatriés de Wuhan ont atterri en France ce matin pour débuter quatorze jours de quarantaine dans le Calvados, notre journaliste Alice Galopin a recueilli le témoignage de trois Français qui avaient été isolés pour la même durée à Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône) au début du mois. Sortis il y a une semaine, ils savourent le retour à la vie normale, mais se demandent quand ils pourront rentrer en Chine.




(HECTOR RETAMAL / AFP)