Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo Violences et harcèlement sexuel : "La police m’a dit qu’il ne fallait pas que je porte plainte par jalousie"

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Le témoignage poignant de Tiphanie, battue et humiliée par son ex-conjoint.
BRUT

Le témoignage poignant de Tiphanie, battue et humiliée par son ex-conjoint.

"Il aimait bien m’attraper par la gorge, par la nuque". Tiphanie a vécu un calvaire. La jeune femme a été humiliée et battue par son ex-conjoint. Problème ? Après avoir déposé plusieurs plaintes, elle n’arrive pas à être écoutée, notamment par la police. "La police m’a dit qu’il ne fallait pas que je porte plainte par jalousie", confie-t-elle.

Des chiffres alarmants

Elle dénonce également le manque d’intimité lorsqu'il s'agit de déposer une plainte. "Il y avait 15 personnes derrière moi qui écoutaient, parce qu’il faut dire son, identité haut et fort", déplore Tiphanie. "Je ne leur faisais pas confiance", poursuit-elle. Comme Tiphanie, elles sont des milliers de femmes chaque année à être confrontées à de telles situations.

Des journalistes d’Envoyé spécial ont ainsi pu filmer dans une brigade de la protection de la famille. Chaque année en France, 225 000 femmes sont victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques. Et chaque année, plus de 60 000 femmes portent plainte pour harcèlement et violences. Mais en 2017, seuls 17 000 hommes ont été condamnés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.