Cet article date de plus de trois ans.

Vidéo "Elle est tombée par terre" : dans les affaires de violences conjugales, le déni de l'agresseur reste la règle

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Envoyé spécial. "Elle est tombée par terre" : dans les affaires de violences conjugales, le déni de l'agresseur reste la règle
ENVOYÉ SPÉCIAL / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Dans les affaires de violences conjugales, le déni reste trop souvent la norme. Et ce même en présence de photos attestant la violence des coups reçus par la victime.  C'est le cas dans cet extrait d'un reportage d'"Envoyé spécial" au sein d'une unité spécialisée, la Brigade de protection de la famille.

Chaque année en France, 225 000 femmes sont victimes de violences physiques, sexuelles ou psychologiques. Sur tout le territoire, il n'existe que 278 unités spécialisées de la Brigade de protection de la famille (BPLF). Des officiers de police spécialement formés y reçoivent les plaintes pour violences conjugales, harcèlement ou viol. Ils auditionnent aussi les agresseurs, organisent des confrontations, mènent des interpellations. "Envoyé spécial" a suivi le quotidien de la BPLF du commissariat du XVe arrondissement parisien.

Jean-Christophe, le chef de la brigade, doit ce jour-là traiter un cas de violence conjugale d'une rare brutalité. La victime est encore à l'hôpital. Des photos éloquentes, prises la veille par les policiers, sont là pour attester la gravité des coups qu'elle a subis. "Je pense qu'en fin d'audition, prévoit Jean-Christophe, le mis en cause sera confronté à ces photos-là, surtout s'il est dans le déni."

"Je ne l'ai pas frappée"

Le compagnon de la victime, un informaticien d'une trentaine d'années, va être entendu avec son avocate. Il commence par nier la tentative d'étouffement évoquée par la victime dans sa déposition. Les photos de sa robe maculée de sang lui sont présentées, puis le policier lui expose l'état de sa compagne : blessures à l'oreille, au nez, hématome au pied, trente jours d'ITT physique – ce que l'agresseur juge "énorme".

Sous le choc en apprenant que sa victime a le bras cassé, il prétendra pourtant qu'elle est tombée par terre alors qu'il tentait "de la maîtriser", et continuera à nier l'avoir frappée. Pour finir par se poser en victime : "Ce qui est hallucinant, c'est que vous la croyez à 100%. Depuis le début, on ne croit pas ce que je dis, se plaint-il, et c'est juste insupportable." Dans les affaires de violences conjugales, le déni est la norme, l'aveu l'exception.

Extrait de "Le bureau des plaintes", un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 15 novembre 2018.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.