VIDEO. Des affiches contre le harcèlement dans les transports : "C'est efficace, mais insuffisant"

La région Ile-de-France a lancé, lundi 5 mars, une campagne d'affichage visant à mieux lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports. Est-ce la bonne stratégie pour s'attaquer au problème ? Franceinfo a posé la question à une sociologue. 

Voir la vidéo

Un requin, un loup ou un ours, prêts à attaquer une femme se tenant à une barre de métro. Depuis lundi 5 mars, telles sont les scènes présentées sur plusieurs milliers d'affiches dans les transports en commun franciliens. Avec un message fort : "Ne minimisons jamais le harcèlement sexuel. Victimes ou témoins, donnez l'alerte !" 

La région Ile-de-France, avec la RATP, a lancé une vaste campagne d'affichage pour s'attaquer aux problèmes de harcèlement et d'agressions sexuels dans les transports en commun. Ces affiches invitent ainsi tous les usagers, qu'ils soient témoins ou victimes, à appeler le 3117 ou à envoyer un SMS au 31177, pour dénoncer ou empêcher ces faits. 

Est-ce pour autant une stratégie efficace contre ce problème qui concerne, selon une étude de la Fédération nationale des usagers des transports publics (FNAUT), 87% des femmes ? Franceinfo a posé la question à Laetitia César-Franquet, sociologue à l’Institut régional du travail social Nouvelle-Aquitaine, et spécialiste du harcèlement dans l'espace public. 

Hausse des dénonciations

Selon la chercheuse, "plus il y a de campagnes d’affichage, plus il y a aussi de médiatisation autour de ces campagnes", "et plus il y a de dénonciations". "C’est efficace, après, c’est insuffisant, poursuit Laetitia César-Franquet. Dire qu’il y a des dispositifs d’aide, ça peut inciter les personnes à s’en saisir. Il faut, derrière, que l’accompagnement soit à la mesure de l’aide demandée."

Selon la sociologue, il faut en effet "donner des moyens humains, financiers, logistiques" aux plateformes recevant les alertes de victimes ou témoins, afin qu'elles puissent répondre "rapidement" et "apporter une aide dans les meilleurs délais"

"Je trouve qu’il faudrait aussi des affiches où les hommes s’adressent aux hommes, développe Laetitia César-Franquet. Que ce ne soit pas seulement une cause portée par les femmes, mais que les hommes aussi s’en saisissent."

Une affiche de la campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun franciliens.
Une affiche de la campagne contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun franciliens. (RATP)