Soupçons de viols sur mineures : la fille de Jean-Luc Lahaye, Margaux Lahaye, mise en examen pour subornation de témoins

Margaux Lahaye avait été placée en garde à vue en même temps que son père, en novembre 2021. Elle avait été relâchée pour raisons de santé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Luc Lahaye en concert aux foires de Champagne, le 4 juin 2019. (MAXPPP / LUDOVIC PETIOT)

La fille du chanteur Jean-Luc Lahaye, Margaux Lahaye, a été mise en examen lundi 24 janvier pour "subornation de témoins" dans l'affaire des soupçons de viols sur mineures par son père Jean-Luc Lahaye, a appris franceinfo auprès de l'avocat de Margaux Lahaye. Elle a été placée sous contrôle judiciaire, a appris franceinfo de source judiciaire.

Début novembre, le chanteur de 69 ans avait été placé en garde à vue, en compagnie de trois femmes, dont sa fille Margaux, après les plaintes de deux jeunes femmes. Celles-ci l'accusaient de viols et d'agressions sexuelles en 2013 et 2014, alors qu'elles étaient mineures de plus de 15 ans.

Margaux Lahaye avait été remise en liberté le lendemain en raison de son état de santé. Le chanteur Jean-Luc Lahaye avait quant à lui été mis en examen le 5 novembre pour "viol", "viol sur mineur de plus de 15 ans", "agression sexuelle de mineurs de plus de 15 ans", "corruption de mineur de plus de 15 ans" et "abus de faiblesse d'un mineur". Il avait également été placé sous le statut de témoin assisté pour "atteinte à l'intimité de la vie privée par fixation d'images à caractère sexuel" et "détention d'images pédopornographiques".

Les deux autres femmes qui avaient été placées en garde à vue avec Margaux et Jean-Luc Lahaye sont les mères des victimes, soupçonnées de "non-dénonciation de crime" et "complicité de viol sur mineur de plus de 15 ans", pour avoir encouragé leurs filles à avoir des rapports sexuels avec Jean-Luc Lahaye. Elles avaient été remises en liberté en même temps que Margaux Lahaye.

Le chanteur a déjà été condamné à un an de prison avec sursis pour "corruption de mineurs" sur l'une des deux filles en 2015.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.