Cet article date de plus de trois ans.

Le directeur de l'école parisienne Saint-Jean de Passy mis en examen pour "agression sexuelle sur mineur"

Daniel Chapellier a été placé sous contrôle judiciaire, a indiqué une source judiciaire à France Télévisions, vendredi, confirmant une information du "Figaro".

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Devant l'établissement Saint-Jean de Passy, dans le 16e arrondissement de Paris, en juin 2018. (MAXPPP)

Le directeur de l'établissement privé Saint-Jean de Passy, situé dans le 16e arrondissement de Paris, a été mis en examen pour "agression sexuelle sur mineur". C'est ce qu'a appris France Télévisions de source judiciaire, confirmant une information du Figaro. Daniel Chapellier, ancien directeur du collège privé Stanislas, à Paris, a été placé sous contrôle judiciaire, selon cette même source.

La source judiciaire précise à France Télévisions que sa mise en examen survient dans le cadre d'une information judiciaire ouverte le 11 février 2021. Selon Le Figaro, "Daniel Chapellier a été placé en garde à vue mardi, auditionné par les policiers de la Brigade de protection des mineurs à Paris" et "il y est resté 48 heures".

"Une plainte pour dénonciation calomnieuse"

Toujours selon le quotidien, le plaignant, âgé de 14 ans, est un élève du prestigieux établissement. Le journal rapporte que Daniel Chapellier l'a convoqué "dans son bureau, au sein de l'établissement, pour des problèmes de discipline". Il ajoute : "La conversation aurait dévié sur des questions de sexualité. Le directeur aurait alors eu des gestes déplacés envers l'élève, lui demandant de pratiquer une fellation."

Daniel Chapellier a informé "le président du conseil d'administration de l'établissement de son intention de se retirer de Saint-Jean de Passy pour assurer sa défense et de déposer une plainte pour dénonciation calomnieuse", indique le conseil dans un communiqué. Une cheffe d'établissement par intérim a été nommée et l'établissement indique se tenir "à la disposition de la justice pour permettre d'établir la lumière sur les faits".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.