La journaliste Nadia Daam menacée : Marlène Schiappa interpelle Twitter et l'éditeur de jeuxvidéo.com

Le groupe Webedia, qui édite le site jeuxvideo.com, étudie de son côté "la possibilité d’une action juridique solidaire ou spécifique".

Marlène Schiappa à Paris, le 20 octobre 2017.
Marlène Schiappa à Paris, le 20 octobre 2017. (ALAIN JOCARD / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Marlène Schiappa monte au créneau. La secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a réagi, vendredi 3 novembre, sur Twitter pour que cesse le harcèlement dont est victime la journaliste Nadia Daam. Sur Europe 1, elle avait dénoncé dans une chronique la campagne de haine à l’encontre de les deux militants féministes à l'initiative du numéro "anti-relous" et menée par des membres du forum Blabla 18/25 du site jeuxvideo.com.

"J’ai demandé à @Twitter et à @WebediaFR de prendre leurs responsabilités pour que cesse le cyber-harcèlement", publie Marlène Schiappa. 

Dans le texte qu'elle joint à ce message, la secrétaire d'Etat rappelle que ce cyber-harcèlement est non seulement "inadmissible mais surtout illicite". "Twitter est un formidable outil de liberté d'expression - il ne doit pas devenir un vecteur de haine", ajoute Marlène Schiappa qui recommande à Twitter d'amorcer une nouvelle réflexion sur la politique de modération du contneu du réseau : "Il ne nous est pas possible d'appeler les femmes à 'libérer leur parole' si cette parole est suivie d'un tel harcèlement."

Webedia double ses modérateurs

Marlène Schiappa s'est également rapprochée de Webedia, géant du web français et propriétaire du site Jeuxvideo.com. Cédric Page, le directeur de la division "gaming" du groupe avait annoncé un peu plus tôt dans la journée que "les ressources humaines de modération ont été doublées" et que depuis mercredi soir, les sujets relatifs à Nadia Daam, aux militants féministes et au numéro "anti relou" "sont systématiquement effacés en prévention".

L'éditeur déplore "qu'une minorité d'utilisateurs puisse, comme sur d'autres réseaux sociaux, nuire à l'image des forums du site jeuxvideo.com, qui représentent chaque mois 185 millions de pages vues, dont l'essentiel se fait sur des forums dédiés exclusivement à l'univers du jeu vidéo et fréquentés par les passionnés du secteur".