Cet article date de plus de deux ans.

Chirurgien accusé de viols : "Je vois ma fille comme un héros", témoigne le père de la fillette à l'origine de l'arrestation

Il y a deux ans, la fillette avait raconté à ses parents que le voisin qu'ils venaient de croiser lors d'une promenade lui avait un jour montré son sexe.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Joël Le Scouarnec a exercé à l'hôpital de Jonzac entre 2008 et 2017. (GOBIN MARIE-LAURE / MAXPPP)

"Je vois ma fille comme un héros aujourd'hui, de faire tomber un prédateur comme ça", raconte jeudi 22 août sur franceinfo le père de la fillette à l'origine de l'arrestation du chirurgien retraité, aujourd'hui âgé de 68 ans, mis en examen pour quatre viols et agressions sexuelles en Charente-Maritime. En 2017, la petite fille alors âgée de 6 ans avait alerté son père sur le fait que "le monsieur [lui] a fait voir son zizi". L'ancien praticien était alors le voisin de la famille.

>> Ce que l'on sait de l'affaire de pédophilie impliquant un ancien chirurgien de Charente-Maritime

C'est une bombe ce mec, une bombe à retardement. On nous a fait comprendre que ça aurait pu aller beaucoup plus loin.

Le père de la fillette qui a révélé les agressions

à franceinfo

Joël Le Scouarnec, chirurgien à la retraite, exerçait à Jonzac (Charente-Maritime) depuis 2008, jusqu'à son placement en détention provisoire en mai 2017. Il comparaîtra fin 2019 ou début 2020 devant la cour d'assises de Charente-Maritime.

"On se demande si ce n'est pas un cauchemar"

Le papa de la fillette décrit "quelqu'un d'assez snob". "Il avait une maison modeste, poursuit-il, et ne parlait à personne, il n'accueillait personne chez lui. Il vivait seul." "Il avait un comportement bizarre mais bon, on n'était loin de s'imaginer tout ça. Je ne m'imaginais pas avoir un prédateur comme ça à côté de chez moi", explique le père de famille. "Je ne peux pas réaliser complètement", confie-t-il. "On se demande si ce n'est pas un cauchemar. C'est très choquant, ça faisait environ un an qu'on habitait là".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Violences sexuelles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.