Royaume-Uni : le coquelicot en boutonnière, symbole de la Grande Guerre

Des millions de Britanniques portent en ce moment un coquelicot à leur poitrine en symbole de ceux qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale.

Dans les rues, dans les écoles, sur les plateaux de télévision, au Parlement, sur la veste de la Première ministre, de Sa Majesté la reine ou encore à la boutonnière de David Beckham, on peut remarquer un coquelicot en papier rouge vif. Il est porté en boutonnière pour ne jamais oublier le sang versé sur les champs de bataille de la Grande Guerre. C'est une tradition centenaire à laquelle les Britanniques sont profondément attachés. "Je porte ce coquelicot, car mon grand-père s'est battu lors de la Première Guerre mondiale", se souvient un passant. À l'approche du 11-Novembre, à travers tout le pays, les associations de vétérans, mais aussi les soldats de l'armée britannique, vendent des coquelicots aux passants. Chacun est libre de donner ce qu'il souhaite. "L'argent récolté est reversé aux familles des anciens soldats", explique James Tonler, soldat.

40 millions de "poppies" chaque année

Ce coquelicot est appelé "Poppy" par les Anglais. Il symbolise la guerre des tranchées et les centaines de milliers de soldats morts au combat. Selon un poème écrit par un soldat en 1915, le coquelicot était la seule fleur à pousser au milieu des corps et des cratères d'obus. 40 millions de "poppies" sont assemblés chaque année au Royaume-Uni dans des ateliers où les employés sont pour la plupart des vétérans. En 2014, 888 246 coquelicots, le nombre de soldats britanniques morts pendant la Grande Guerre, ont été plantés dans les douves de la Tour de Londres. Les coquelicots en papier permettent de récolter chaque année 50 millions d'euros en un mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des millions de Britanniques portent en ce moment un coquelicot à leur poitrine en symbole de ceux qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale.
Des millions de Britanniques portent en ce moment un coquelicot à leur poitrine en symbole de ceux qui sont morts pendant la Première Guerre mondiale. (FRANCE 2)