Royaume-Uni : la reine Elizabeth réapparaît en public

Publié Mis à jour
Royaume-Uni : la reine Elisabeth réapparaît en public
Article rédigé par
France Télévisions

Absente depuis le 29 mars, la reine d'Angleterre n'avait pas pu assurer le discours du trône, qu'elle avait confié au prince Charles. Petit à petit, il s'investit de la mission de monarque.

C'est une image que les Britanniques attendaient avec impatience. Leur reine, arborant un large sourire et visiblement en bonne forme. Accompagnée de son fils le prince Andrew, la reine Élizabeth est venue assister à un concours hippique près du château de Windsor (Royaume-Uni), où elle réside. Depuis le 29 mars dernier, la souveraine n'était pas apparue en public. Elle avait même renoncé à prononcer son traditionnel discours du trône laissant la place au prince Charles, son héritier direct. Nouveaux signes d'une transition monarchique en marche. "Il y a une certaine régence qui est en train de s'imposer. Une régence sans avoir le nom et on voit que le prince Charles prend le plus en plus de place et prend son rôle de futur monarque en plein visage, avec la santé déclinante de la reine", explique Kévin Guillot, spécialiste de la famille royale britannique. 

Du mouvement dans la politique du Royaume-Uni

Mais arrivera-t-il à garder le royaume uni ? Selon un sondage paru début mai 60 % des Britanniques soutiennent la monarchie. A contrario, près d'un britannique sur trois souhaite son abolition. Au-delà de la royauté, c'est tout l’environnement politique du pays qui est en train de changer. La récente victoire aux législatives des nationalistes du Sinn Féin en Irlande du Nord et celle des indépendantistes en Écosse, resserre un peu plus l’étau autour de Londres. Mais là où la rupture avec la monarchie pourrait être la plus franche, c'est au sein des pays membres du Commonwealth. En novembre dernier, la Barbade qui depuis 55 ans prêtait allégeance à la reine, a décidé de révoquer Élizabeth II de son poste de chef d'État pour devenir une république.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.