La princesse Kate atteinte d'un cancer : qu'est-ce qu'une "chimiothérapie préventive" ?

La princesse de Galles a indiqué avoir commencé un traitement contre le cancer qui lui a été diagnostiqué après une opération en janvier.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
La princesse Kate, épouse de William, à Windsor (Royaume-Uni), dans une vidéo diffusée par la famille royale, le 22 mars 2024, et filmée deux jours plus tôt. (HANDOUT / BBC STUDIOS / AFP)

"Je suis au premier stade du traitement." La princesse Kate a révélé, vendredi 22 mars, être atteinte d'un cancer et avoir entamé "une chimiothérapie préventive", après une "importante chirurgie abdominale" subie en janvier. L'épouse de l'héritier du trône britannique n'a pas donné plus de détails, appelant au respect de sa vie privée. Cette annonce a créé la stupeur et a suscité de nombreuses interrogations, notamment sur la nature de sa maladie et sur sa prise en charge.

La "chimiothérapie préventive" est plus couramment appelée chimiothérapie adjuvante. Il s'agit d'un traitement médical anticancéreux, administré en complément d'une chirurgie pour éviter tout risque de récidive du cancer dans la zone touchée ou de diffusion d'éventuelles cellules cancéreuses ailleurs dans le corps. Ce type de traitement est plutôt réservé aux cancers localisés à un stade précoce de la maladie. Dans son message, la princesse Kate explique que ce n'est qu'après son opération abdominale que des tests ont révélé un cancer.

"Un traitement de sécurité"

"Il est rare que la chirurgie seule suffise, sauf dans les cas de tumeurs très petites. Mais si celle-ci est volumineuse et qu’il y a des ganglions atteints, on va faire des traitements complémentaires", précise au Parisien Nicolas Girard, chef du département d'oncologie médicale à l’Institut Curie à Paris. "Un traitement adjuvant est un traitement de sécurité", précise le site de l'Institut national du cancer

D'autres types de chimiothérapies existent. Ces traitements sont prescrits aux malades en fonction du type de tumeur et du stade d'évolution de la maladie, rappelle l'Institut national du cancer. Les chimiothérapies "néo-adjuvantes" visent directement la tumeur, avant une intervention. Elles sont prévues pour "stopper son évolution ou, parfois, réduire la taille de la tumeur afin de permettre une chirurgie conservatrice", détaille le site des hôpitaux universitaires de Genève. Les chimiothérapies métastasiques ciblent les cellules cancéreuses qui sont allées se fixer sur d'autres organes ou dans d'autres parties du corps. Il existe également des chimiothérapies palliatives, administrées en vue de contrôler les effets de la tumeur, sans espoir de la faire disparaître.

Les traitements par chimiothérapie sont nombreux et diversifiés. En fonction des organes touchés et des malades, les protocoles de soin peuvent aller de quelques semaines à plusieurs mois, et sont administrés sous forme d'injections ou de comprimés par voie orale. Leurs effets secondaires varient selon les personnes, mais entraînent généralement de la fatigue, des nausées, des risques d'infection, des pertes d'appétit et de poids...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.