Affaire Vincent Lambert : "La France s'autorise un acte d'euthanasie", estime le professeur d'éthique médicale Emmanuel Hirsch

Emmanuel Hirsch estime que Vincent Lambert est une "personne handicapée, pas une personne en fin de vie".

L\'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé lundi 20 mai 2019 au CHU de Reims.
L'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé lundi 20 mai 2019 au CHU de Reims. (REMI WAFFLART / MAXPPP)

"Nous aurons demain une loi qui dépénalisera l'euthanasie au motif que Vincent Lambert, qui n'est pas en fin de vie, a été euthanasié à Reims", a considéré, lundi 20 mai sur franceinfo, Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale et directeur du département de recherche en éthique de la faculté de médecine de l’université Paris-Sud. "La France s'autorise un acte d'euthanasie", a-t-il estimé alors que l'arrêt des soins de Vincent Lambert a commencé lundi matin sur décision du CHU de Reims.

"Des personnes handicapées, pas des personnes en fin de vie"

"J'ai une pensée avec beaucoup d'émotion pour ce que vit aujourd'hui Vincent Lambert, ses proches et toutes les familles qui ont aussi des proches en état végétatif persistant", indique Emmanuel Hirsch. "Ce sont des personnes handicapées, pas des personnes en fin de vie", précise-t-il.

"Les conséquences, puisque maintenant c'est une affaire publique et politique, poursuit-il, c'est que dans les mois qui viennent cette loi qui est inacceptable aujourd'hui, la loi de 2016 sur la fin de vie, aboutira de toutes les manières à une loi en faveur de l'euthanasie".