Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Après son acquittement, quel avenir pour le docteur Bonnemaison ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
A.DELLOYE - S.GUIBOUT / FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

Nicolas Bonnemaison, poursuivi pour avoir abrégé la vie de sept malades agonisants, a été acquitté de l'ensemble des faits par la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques, mercredi.

La radiation "sera exécutoire à partir du 1er juillet". Nicolas Bonnemaison sera radié de l'ordre des médecins pour non respect des règles de déontologie dans cinq jours, sauf décision contraire du Conseil d'Etat saisi en dernier recours. Le docteur Bonnemaison, poursuivi pour avoir accéléré la mort de sept malades en fin de vie, a été acquitté de l'ensemble des faits par la cour d'assises des Pyrénées-Atlantiques à Pau, mercredi 25 juin.

Théoriquement, le docteur Bonnemaison est encore médecin à l'hôpital de Bayonne. Mais depuis trois ans, il n'a plus le droit de toucher de salaire ni de se rendre à l'hôpital. Ses collègues qui le soutiennent réclament son retour.

Sa radiation décidée le 15 avril

"L'ordre prend acte de la décision d'un jury populaire souverain d'acquitter le docteur Bonnemaison des faits qui lui étaient initialement reprochés par le juge d'instruction", a déclaré le docteur Patrick Bouet, président du Conseil national de l'ordre des médecins. 

En revanche, "sa radiation a été prononcée par une juridiction indépendante, la chambre nationale disciplinaire de l'ordre, présidée par un magistrat, membre du Conseil d'Etat, dans une décision rendue publique le 15 avril dernier", rappelle le docteur Bouet. "Nous n'avons pas jugé à la fois sur les mêmes bases et dans le même contexte", poursuit-il, estimant que Nicolas Bonnemaison a violé le code de déontologie médicale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.