Emploi : le congé paternité entre dans les mœurs à très petits pas

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Emploi : le congé paternité entre dans les mœurs à très petits pas
Emploi : le congé paternité entre dans les mœurs à très petits pas Emploi : le congé paternité entre dans les mœurs à très petits pas (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - M.-P. Cassignard, L. Legendre-Trousset, J. Wild, F. Badaire, S. Guibout, Y. Blombou
France Télévisions
Si le congé paternité gagne un peu de terrain, il est largement dépendant du contexte professionnel dans lequel travaillent les pères. Les indépendants sont par exemple peu nombreux à l'utiliser.

Ludovic Blanc est avocat indépendant et papa de deux filles de six et deux ans. À chaque naissance, il aurait pu prendre son congé paternité, mais il y a renoncé pour continuer à travailler. "Il était inconcevable pour moi d'avoir une parenthèse complètement hors activité, hors revenus. Pendant un mois, mes nouveaux clients n'auraient sans doute pas compris (...), j'avais des échéances judiciaires", explique-t-il. Pour équilibrer sa vie professionnelle et familiale, il va chercher ses enfants à l'école.

Seuls 46% des indépendants prennent leurs congés

Aujourd’hui, le congé paternité gagne peu à peu du terrain. Mais des disparités entre travailleurs demeurent. Seuls 46% des indépendants y ont recours, bien moins que la moyenne nationale, à 71%. À l'inverse, 91% des fonctionnaires en CDI en profitent. Autre élément à prendre en compte : l'âge et le type de métier exercé. La culture de l'entreprise joue aussi beaucoup. Certains spécialistes réclament que le congé paternité soit rendu obligatoire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.