À 15 ans, ce collégien a créé une appli permettant aux profs de faire l'appel à distance

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
À 15 ans, Maxence, collégien près de Toulouse développe une application utilisé dans 110 pays
Article rédigé par
France Télévisions

L’application développée par Maxence, étudiant qui vit près de Toulouse, permet aux professeurs de faire l’appel pendant leurs cours à distance sur la plateforme de discussion en ligne Discord. "Suivix" connait un succès mondial, utilisée par 3 650 personnes à travers 110 pays. 

Collégien et inventeur de génie. Du haut de ses 15 ans, Maxence Espagnet qui vit près de Toulouse a élaboré depuis son ordinateur personnel une application pour aider les professeurs à faire l’appel lors des cours qu’ils donnent en ligne sur la plateforme Discord. Une aide précieuse en période d’école à distance.  

Suivix, c’est le nom de la formule auquel le jeune élève a consacré déjà près de 200 heures de travail. "Supposons que je sois professeur d’anglais. Je vais choisir la classe virtuelle où je vais donner mon cours. Je vais sélectionner ma liste d’élèves. Et là, l’application va m’envoyer la liste des présents et des absent", décrit Maxence.  

Une demande de son père

C’est lors du premier confinement que ce passionné d’informatique a imaginé un logiciel capable d’aider son père, professeur en sciences de l’ingénieur. Ce dernier se souvient des difficultés qu’il a éprouvées lors du premier cours qu’il a donné en distanciel.  

"Je suis obligé administrativement de faire l’appel. Et comme tous les élèves avaient des comptes et des pseudonymes, ça m‘a perturbé et pris du temps. Donc à la fin de ce premier cours, je lui ai demandé s’il pouvait automatiser la chose en faisant un petit programme", raconte Frédéric Espagnet.  

Une application qui restera gratuite

Une première version sur lequel Maxence travaille 10 heures, puis une seconde, et voilà le petit programme lancé. Et devenu bien grand depuis. Suivix connaît un succès international, était utilisé dans près de 110 pays et par plus de 3 650 personnes. "Ça me fait chaud au cœur, ça m’impressionne aussi. Je ne m’attendais pas à ce que ça prenne autant d’ampleurs", confie le collégien.

Malgré cet engouement inattendu, Max veut garder Suivix gratuit pour tous.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.