Tabagisme : des lycées pointés du doigt

Depuis l'instauration de l'état d'urgence, de nombreux proviseurs autorisent leurs élèves à fumer dans la cour du lycée pour qu'ils ne soient pas la cible d'un potentiel attentat. Certains estiment que c'est une violation de la loi Evin.

FRANCE 2

Fumer dans la cour du lycée, depuis la loi Evin, c'est interdit, mais dans le contexte de menace terroriste, les choses ont changé. Selon l'association Alliance contre le tabac, plus de la moitié des établissements ont aménagé des espaces spécifiques pour les fumeurs dans les lycées. Inacceptable pour cette association qui vient de déposer plainte contre trois lycées d'Ile-de-France.

"Vous avez la loi Evin et ses décrets d'application qui interdisent de fumer dans les enceintes scolaires, y compris les zones à l'air libre, donc ces décisions prises par des proviseurs sont illégales et posent un problème dans un Etat de droit", explique Stephen Lequet, responsable des relations institutionnelles et des droits des non-fumeurs.

Des zones spécifiques autorisées depuis les attentats

Depuis les attentats, une circulaire permet aux proviseurs d'aménager des zones spécifiques dans les espaces de plein air pour que les élèves ne sortent pas du lycée pendant les interclasses. Un syndicat a même demandé la mise en place de zones fumeurs bien délimitées dans tous les lycées. Une décision qu'ils souhaitent voir appliquer tant qu'une menace terroriste pèse sur le pays.

Le JT
Les autres sujets du JT
La dernière hausse du prix des cigarettes remonte à janvier 2014.
La dernière hausse du prix des cigarettes remonte à janvier 2014. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)