"C’est Jean-Michel Blanquer le saboteur, ce n’est pas moi !" : à Toulouse, les professeurs grévistes rendent leurs copies

Les résultats du bac 2019 ont été dévoilés vendredi matin, avec pour certains candidats des notes provisoires. À Toulouse, les correcteurs grévistes sont allés en délégation remettre leurs copies corrigées au rectorat.

Des lycéens consultent les résultats du bac devant un lycée à Annecy, le 5 juillet 2019 (photo d\'illustration).
Des lycéens consultent les résultats du bac devant un lycée à Annecy, le 5 juillet 2019 (photo d'illustration). (SACHA DA LAGE / MAXPPP)

Au total, 30 000 à 45 000 copies du bac n'ont toujours pas été rendues, selon les chiffres du ministère de l'Education nationale. La veille des résultats, Jean-Michel Blanquer avait assuré que, face à une note manquante, une "note moyenne" de la discipline concernée sur l'année serait attribuée au candidat.

>> Découvrez l'ensemble des résultats des séries générales du baccalauréat en France métropolitaine dans notre direct

Les professeurs grévistes sont arrivés sous les "Blanquer démission !", leurs paquets de copies à la main, enfermées dans la grande enveloppe marron réglementaire. Face à la foule, Pierre Priouret, co-secrétaire académique du Snes-FSU 31, félicite les professeurs grévistes : "Grâce à cette action cette semaine, vous avez réussi à démontrer à toute l’opinion publique les mensonges inqualifiables du ministre de l’Education nationale depuis plus d’une année."

Lui qui disait vouloir renforcer le baccalauréat avec sa réforme, en réalité, il l’a potentiellement tué !Pierre Priouret, du Snes-FSU 31à franceinfo

"J'ai fait mon travail"

Cinq par cinq, les enseignants ont remis leurs copies, les ont recomptées, et ont demandé un récépissé prouvant que le travail avait été fait. "C’est Jean-Michel Blanquer le saboteur, ce n’est pas moi !", affirme Agnès, correctrice d’histoire-géo. "C’est lui qui refuse tout dialogue social, et les rares fois où il a fait semblant de nous consulter, il n’en a absolument pas tenu compte, c’est le cas sur les programmes du lycée", dit-elle.

Jean-François, professeur de maths au lycée Bellevue, apporte lui aussi ses copies corrigées : "Il y a les annotations qui doivent y être, les notes, il y a tout ce qui faut. Tout a été bien corrigé, les bordereaux sont remplis. Je suis contre sa réforme, mais tous les élèves n’ont pas été traités de la même façon." Les profs grévistes ont promis de reprendre le combat contre la réforme du lycée dès la rentrée.

Reportage de Stéphane Iglésis
--'--
--'--