Cet article date de plus de sept ans.

Rumeurs sur le "genre" : Peillon écrit aux chefs d'établissements

Dans un courrier, le ministre de l'Education demande aux directeurs de "rassurer les parents d'élèves" sur les rumeurs à propos d'un prétendu enseignement de la "théorie du genre".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, à Gonesse (Val-d'Oise), le 25 février 2013. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Face aux rumeurs sur un prétendu enseignement de la "théorie du genre" qui ont conduit certains parents à ne pas mettre leurs enfants à l'école durant une journée, Vincent Peillon tape du poing sur la table. Le ministre de l'Education nationale demande, mercredi 29 janvier, aux responsables d'établissements de "convoquer les parents" concernés.

Le ministère a diffusé, mercredi soir, une lettre de Vincent Peillon destinée aux 53 000 directeurs d'écoles, aux 7 000 principaux de collèges et aux 4 200 proviseurs de lycées, note Le Monde.fr

"L'école est attaquée dans ses fondements"

Sur un ton grave, le ministre évoque des "actions inadmissibles", en référence au boycott lancé par certains parents pour dénoncer "l'introduction d'une prétendue théorie du genre". "Il est nécessaire d'une part de rassurer les parents d'élèves qui ont pu être la cible de ces tentatives de déstabilisation et d'autre part de rappeler fermement les règles de l'école républicaine. Je vous demande donc de tout mettre en œuvre pour informer les parents de la réalité des programmes et des contenus des enseignements sur ces sujets", écrit Vincent Peillon. 

Le ministre de l'Education nationale apporte son soutien aux enseignants "qui peuvent être victimes de menaces ou de violences". Il conclut : "Quand l'école est attaquée dans ses fondements, il importe de se rassembler autour des valeurs républicaines et de les rappeler avec fermeté et pédagogie."

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Polémique sur le genre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.