Cet article date de plus de sept ans.

L'ABCD de l'égalité : enterrement ou renaissance ?

Alors que le programme d'éducation à l'égalité des sexes ABCD de l'égalité est au cœur d'une polémique, le ministre de l'Education nationale, Benoît Hamon, a confié lundi sur France Inter que le bilan était "positif". Il a affirmé que le programme test changeait de nom mais serait bel et bien généralisé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Un tableau dans une classe où était enseigné le programme ABCD de l'égalité. © Maxime Jegat / IP3)

Le programme ABCD de l'égalité sera-t-il emporté par la polémique qui l'entoure depuis la Toussaint ? Le ministre de l'Education, Benoît Hamon, était l'invité de France Inter ce lundi pour annoncer sa généralisation à la rentrée 2014, ou non. Le ministre de l’Education nationale a affirmé chez nos confrères que le bilan de l’ABCD de l’égalité était "positif pour les enseignants et pour les parents ", ajoutant que les enseignants formés allaient passer de "600 à 320.000 ". Cependant, il ne devrait pas y avoir de moments dédiés en classe pour cet enseignement. Une "malette pédagogique " sera à la disposition des enseignants "dès le 2 septembre ", assure Benoit Hamon.

"L’égalité ça s’apprend. Les enseignants ne doivent plus véhiculer certains clichés" (Benoit Hamon)

L'évaluation a en effet été menée dans 600 classes volontaires. Le but étant de "faire prendre conscience aux enfants des limites qu'ils se fixent eux-mêmes, des phénomènes d'autocensure trop courants, leur donner confiance en eux, leur apprendre à grandir dans le respect des autres " en démontant à partir d'exemple de leur vie quotidienne les stéréotypes liés au sexe.

"La culture de l'égalité sera généralisée" à l'école (Benoit Hamon)
écouter

Rumeurs sans fondement

Mais quasiment depuis le début, des rumeurs sans fondement ont été lancées, faisant état de garçons obligés à porter des jupes ou de cours de masturbation en maternelles. Autant de fausses informations propagées par les partisans du mouvement Journée de retrait de l'école, lancé par Farida Belghoul, militante proche de l'extrême-droite et de Dieudonné. les opposants au mariage gay se sont agglomérés à ce front rassemblant les franges rigoristes du catholicisme et de l'Islam. Ils ont accusé le programme d'enseigner la "théorie du genre", elle-même en grande partie imaginaire, censée nier la différence entre les sexes.

Face à ce mouvement, le gouvernement a choisi de ranger le programme dans les cartons : "le nom ABCD de l'égalité n'apparaîtra plus ", admet Najat Vallaud Belkacem, confirmant les informations qui circulent depuis quelques jours sur un abandon de l'expérimentation actuelle. Mais le gouvernement assure que sur le fond, l'éducation à l'égalité des sexes n'est pas abandonnée : "nous allons passer à une étape où toutes les écoles, tous les enseignants, tous les élèves sont concernés ", assure la ministre.

La ministre des droits des femmes, Najat Vallaud Belkacem, invitée de France 3 dimanche, confirme l'abandon du programme actuel.
écouter

Benoît Hamon et Najat Vallaud Belkacem vont donc présenter un plan d'action pour "l'égalité filles-garçons à l'école " qui sera "très ambitieux ". Et la lutte pour l'égalité des sexes pourrait être inscrite dans le socle commun de savoirs que chaque élève doit maîtriser à 16 ans.

Opposants "pas dupes"

Les syndicats enseignants demandent à voir, et ce dès la rentrée 2014, "sans attendre les nouveaux programmes " primaire, exige l'Unsa-Education. Du côté des opposants au programme, Marine Le Pen s'est dite "absolument satisfaite " de l'abandon, mais les partisans de la Manif pour tous préviennent : "nous ne sommes pas dupes, l'abandon du label ne signifie pas l'abandon de l'intrusion des idéologies à l'école ", renchérit Albéric Dumont, un des animateurs du collectif. Najat Vallaud Belkacem dénonce les "fanatiques " et assure que "l'objectif sera atteint " avec le plan qui doit être dévoilé ce lundi.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.