Cet article date de plus de huit ans.

Les enseignants déçus par l'abandon de l'ABCD de l'égalité

Le programme test ABCD de l'égalité, sous le feu des critiques de l'extrême-droite et des anti-mariage gay, est sur le point d'être abandonné. Les enseignants qui ont participé au programme regrettent ce choix tandis que le gouvernement envisage un module de remplacement.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Affichages du programme ABCD de l'égalité dans une classe de Villeurbanne. © Maxime Jegat / IP3)

Le gouvernement n'a pas encore annoncé officiellememnt  l'abandon du programme ABCD de l'égalité, mais les enseignants qui ont pu expérimenter ce dispositif test sont déjà consternés. Depuis la Toussaint, ce programme est mis en oeuvre dans 600 classes, allant de la grande section de maternelle au CM2. Le but était de "faire prendre conscience aux enfants des limites qu'ils se fixent eux-mêmes, des phénomènes d'autocensure trop courants, leur apprendre à grandir dans le respect des autres ". Et il devait être généralisé à la rentrée 2014.

"Tout ce qui a été dit sur les ABCD est proprement hallucinant, les critiques sont délirantes ", dénonce Emmanuel, un des premiers professeurs à avoir enseigné l'ABCD. Ce programme a fait l'objet d'attaques et de polémiques du mouvement Journées de retrait de l'école, emmené par Farida Belghoul, ancienne militante du mouvement de la marche des Beurs de 1984, passée à l'extrème-droite. Le mouvement a été rejoint par les opposants au mariage gay qui dénoncent un "cheval de Troie aux théories LGBT (lesbiennes, gay, bi et trans)". De nombreuses rumeurs ont circulé sur les réseaux sociaux, faisant état de cours de masturbation ou de garçons portant des robes.

Ludovine de la Rochère, porte-parole de la "manif pour tous", reste prudente face à ce que se prépare à annoncer le gouvernement.
écouter

"Renoncer à cause d'une frange ultraminoritaire de gens d'extrême droite serait une faute politique grave ", prévient Muriel Salle, maîtresse de Conférences à Lyon 1 et formatrice pour les ABCD. "Un enterrement de première classe ", "dramatique pour les filles et les garçons ". Les professeurs qui ont exécuté le programme décrivent des lectures sur les modèles des princesses et des chevaliers, des ateliers pour réfléchir aux métiers ou au couleurs et à leurs attributions selon les sexes : "Ce sont des activités à hauteur d'enfants, nous partons de situations concrètes observées dans les cours d'école ", raconte Emmanuel.

Le secrétaire général du syndicat enseignant SNUIPP, Sébastien Sihr, espère que le ministre ne cèdera pas aux "anti-genre".
écouter

Bernard Bagaggia, directeur d'école dans un quartier populaire de Vénissieux, dans le Rhône estime que l'ABCD a rempli sa fonction : "le bilan est très satisfaisant car cela nous a permis d'aborder des sujets sur lesquels nous nous censurons habituellement ". Et face aux "grosses interrogations " de certains parents, "nous avons dû argumenter ", "mais nous avons su montrer qu'il s'agissait d'un travail d'enseignant, pas de militant ".

Les ministres concernés, Benoît Hamon à l'Education nationale et Najat Vallaud-Belkacem aux droits des femmes doivent faire des annonces ce lundi pour préciser l'avenir du dispositif. Mais le ministère fait savoir que si la forme pourrait être revue, le fond, à savoir la lutte pour l'égalité des sexes, ne sera pas abandonné. Un nouveau programme sur la question devrait voir le jour, sans qu'il soit possible d'en estimer la date.

Valéry Marty, présidente de la fédération de parents d'élèves Peep, souhaite que les parents soient mieux associés au nouveau programme.
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.