Violences à l'école : des sanctions financières pour les parents d'élèves ?

Pour éviter la violence à l'école, le ministre de l'Éducation nationale a confirmé jeudi 10 janvier qu'il envisageait la suppression des allocations familiales aux parents dont les enfants sont violents.

FRANCE 3

Jean-Michel Blanquer envisageait de donner des amendes aux parents dont les enfants sont violents, mais il n'exclut pas désormais de leur supprimer les allocations familiales. "Il peut y avoir des cas où la famille n'a pas été en accompagnement de son enfant et a même pu parfois soutenir la violence. (...) Ce sont de vrais phénomènes de société qu'il faut regarder en face et qui appellent un horizon de sanctions", a assuré le ministre de l'Éducation nationale.

"Une mesure discriminante et stigmatisante"

Cette mesure pourrait figurer dans le plan de lutte contre les violences scolaires, mais pour la principale fédération des parents d'élèves, la suppression des allocations familiales n'est pas la solution. "C'est une mesure qui est clairement discriminante et stigmatisante", s'indigne Rodrigo Arenas, co-président de la Fédération des Conseils de Parents d'Élèves.

Quel type de violence serait concerné ? À partir de quel degré y'aurait-il suppression des allocations familiales ? Ce serait au chef d'établissement de dénoncer ces violences à l'Inspection académique, qui demanderait ensuite à la CAF de supprimer les allocations aux familles concernées. Les derniers arbitrages sont en cours de discussion. Le plan de prévention contre les violences scolaires sera présenté en conseil des ministres à la fin du mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le ministre de l\'Éducation Jean-Michel Blanquer en visite au lycée Raymond Cortat d\'Aurillac, le 29 mars 2018.
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer en visite au lycée Raymond Cortat d'Aurillac, le 29 mars 2018. (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)