Seine-Saint-Denis : une affaire de harcèlement au collège tourne au drame

À Villetaneuse, une adolescente de 13 ans s'est donnée la mort dans la nuit de jeudi 18 à vendredi 19 juin en se jetant du onzième étage de l'immeuble où elle vivait. Ses parents ont porté plainte contre l'Éducation nationale.

FRABCE 3

Jacqueline n'a jamais rien dit à sa mère des brimades et des insultes qu'elle subissait au sein de l'établissement. Les railleries d'élèves portaient sur son physique. Sa mère ne l'a appris qu'après le décès de l'adolescente.

"Il paraîtrait qu'au mois de mai, elle a fait une tentative de suicide. Je n'ai jamais été avertie. Qu'elle avait vue l'assistante sociale, je n'ai pas été avertie", assure au micro de France 3 Corine Gossia, la mère de Jacqueline.

Un mal-être confirmé par des élèves du collège Lucie-Aubrac de Villetaneuse (Seine-Saint-Denis). Beaucoup d'adolescents étaient au courant de la situation. Depuis le suicide de la jeune fille, jeudi 18 juin, les langues se délient. "Elle avait un journal intime, enfin ce n'était pas un journal intime mais un journal de la mort (…). Elle écrivait sur tous ceux qui la harcelaient", explique une élève.

"Il n'y avait rien d'alertant"

En mars, des jeunes avaient pourtant été punis pour leur comportement par une heure de colle et du ramassage de déchets à la cantine. L'affaire en serait ensuite restée là. "Il n'y avait rien d'alertant qui justifierait une saisine des parents", affirme Denis Waleckx de l'inspection académique de Seine-Saint-Denis.

Les parents, qui ne partagent pas ce point de vue, ont décidé de porter plainte contre l'Éducation nationale, le rectorat et les personnels du collège.

Le JT
Les autres sujets du JT