Harcèlement scolaire : les chiffres qui font froid dans le dos

En France, quelque 700 000 élèves sont victimes de harcèlement scolaire, dont la moitié de manière sévère. À l'occasion de la quatrième journée nationale de lutte contre ces violences, France 3 a voulu comprendre ce que ces enfants vivaient.

Voir la vidéo
France 3

Les mots sont forts. Sur une vidéo, un enfant de 7 ans raconte en pleurant qu'il se fait taper tous les jours à l'école. "J'ai envie de rejoindre le bon Dieu. De mourir. J'en ai marre de ce petit garçon, il n'arrête pas de me taper tous les jours", raconte l'enfant dans la vidéo. Le mois dernier, la mère de ce jeune garçon a déposé plainte à la gendarmerie pour harcèlement. Ce jeudi 8 novembre, l'agresseur présumé va être entendu.

Un quart des adolescent harcelés ont pensé au suicide

Le harcèlement scolaire, les moqueries ou attaques blessantes concernent un enfant sur trois selon Unicef, qui a publié jeudi 8 novembre une enquête. Pour les adultes, le problème, c'est de savoir repérer le harcèlement. Selon une éducatrice, il faut être attentif au moindre indice tous les jours. L'autre grande difficulté du harcèlement, c'est que les enfants n'osent pas se confier. À la sortie de l'école, les parents reconnaissent que pour eux, ce n'est pas facile non plus. Le harcèlement scolaire peut avoir des conséquences dramatiques. Selon l'enquête de l'Unicef, un adolescent harcelé sur quatre déclare avoir pensé au suicide.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un enfant sur deux, dès 7 ans, est victime d\'attaques et de moqueries selon l\'Unicef (photo d\'illustration).
Un enfant sur deux, dès 7 ans, est victime d'attaques et de moqueries selon l'Unicef (photo d'illustration). (SOPHIE DUPRESSOIR / HANS LUCAS / AFP)