Harcèlement scolaire : le renforcement des mesures est "une forme de justice pour l'élève", une "avancée majeure", salue une victime

Kylian Vaysse, fondateur de l’Association contre les discriminations et le harcèlement, et lui-même victime de harcèlement scolaire en primaire et au collège, salue vendredi sur franceinfo les nouvelles mesures prises par le gouvernement pour lutter contre ce fléau.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Une élève dans une cour de récréation (illustration). (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Le décret pour renforcer les mesures mises en place contre le harcèlement scolaire a été publié ce jeudi. L'élève harceleur pourra désormais être changé d'école par le directeur d'établissement. "C'est une forme de justice pour l'élève" harcelé qui va lui permettre de se "reconstruire mentalement", a estimé vendredi sur franceinfo Kylian Vaysse, fondateur de l’Association contre les discriminations et le harcèlement (ACDH). Aujourd'hui âgé de 18 ans, il a été victime de harcèlement scolaire, notamment en primaire et au collège.

franceinfo : Que pensez-vous de ces nouvelles mesures ?

Kylian Vaysse : J'aurais souhaité que mon harceleur, pour me sentir compris, change d'établissement scolaire. Changer le harceleur d'établissement est une très bonne idée mais l'élève harcelé n'a pas forcément envie de rester dans cet établissement de peur des représailles d'autres camarades et même de vivre avec les souvenirs. Malgré tout c'est très positif, c'est une avancée majeure.

Est-ce important d'agir dès l'école primaire ?

Oui, il faut agir dès le début. Si on ne traite pas ce problème-là au primaire, on ne pourra pas le traiter correctement au collège et encore moins au lycée. C'est en primaire que les enfants sont le plus aptes à comprendre ce qu'on leur explique et donc à enregistrer le plus de prévention possible.

Que faut-il faire pour lutter contre le harcèlement à l'école ?

Je propose d'intégrer des groupes de paroles dans tous les types d'établissements. Dans le Lot, on a mis en place l'art thérapie par le théâtre. Cette sensibilisation par le théâtre change totalement du format classique qui est une sensibilisation assez ancienne. Avec cette pièce de théâtre, on réfléchit ensemble.

Le harcèlement a aussi lieu sur internet. Ce décret va permettre d'exclure un élève même si la victime n'est pas scolarisée dans le même établissement. Qu'en pensez-vous ?

C'est une bonne idée. C'est une reconnaissance du harcèlement et du cyberharcèlement. Cela permet psychologiquement à un élève de mieux se reconstruire mentalement. Quand on a l'impression de ne pas être entendu et qu'aucune sanction n'est prise, on ne peut pas se reconstruire correctement. C'est une forme de justice pour l'élève victime.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.