Cet article date de plus de trois ans.

Évaluations nationales à la rentrée 2018 : "Les évaluations peuvent aider à améliorer le système dans son ensemble"

Après l’annonce mercredi des nouveautés pour la rentrée 2018 par le ministre de l’Education nationale, Éric Charbonnier, analyste éducation pour l’OCDE, invite à "bien réfléchir aux critères de l’évaluation".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education nationale, arrive à l'Elysée le 17 juillet 2018. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer a présenté mercredi 30 août les nouveautés pour cette rentrée 2018. Parmi elles, des évaluations nationales pour donner des repères aux enseignants sur les niveaux des élèves. "Le mot évaluation, contrairement aux autres pays, est très sensible en France", a expliqué sur franceinfo Éric Charbonnier, analyste éducation pour l’OCDE.

"Il est connoté négativement, indique Éric Charbonnier, associé à des sanctions, alors qu’elles sont là pour aider les enseignants et le personnel éducatif dans d’autres pays. Ça permet de se situer de voir à l’intérieur d’un établissement quels sont les élèves en difficulté et donc de mettre en place des politiques pour les aider."

On a souffert pendant trop longtemps d’un manque d’évaluation en France. Après, il faut changer le sens du mot évaluation et faire comprendre aux gens que c’est une aide à l’enseignant

Éric Charbonnier

à franceinfo

L’expert en politiques publiques éducatives reconnaît que tout n’est évaluable. "Il faut bien réfléchir aux critères de l’évaluation, évaluer des connaissances mais aussi le bien-être des élèves. Il serait intéressant de le savoir. Savoir si on est moins heureux dans une école défavorisée, etc. Les évaluations peuvent apporter tout un nombre d’informations qui vont aider à dégager des bonnes pratiques et à améliorer le système dans son ensemble." 

"On a une culture très individualiste avec l’enseignant qui est seul face à sa classe et qui doit régler ses problèmes seul", poursuit Éric Charbonnier. "Il faut créer une culture de collectivité. Il faut que ces évaluations soient utilisées mais encore une fois de manière positive, pour aider les enseignants, les directeurs, pour faire en sorte qu’on puisse mettre des pratiques cohérentes dans tous les établissements et à leur disposition. Il faudrait qu'une concertation entre tous les acteurs soit en faveur de d’avantage d’évaluation."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.