Covid-19 : en Seine-Saint-Denis, la fermeture des écoles risque de "creuser encore les inégalités"

À L'Île-Saint-Denis, l'une des communes les plus pauvres de France, certains parents sont soulagés de pouvoir garder leurs enfants à la maison. D'autres vont devoir cesser de travailler et n'auront pas forcément les moyens matériels de maintenir le lien avec l'école.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
En Seine-Saint-Denis, comme partout en France, les établissements scolaires vont fermer quatre semaines, jusqu'au 4 mai 2021, en raison de l'épidémie de Covid-19. Photo d'illustration d'une école à Montreuil. (SADAK SOUICI / LE PICTORIUM / MAXPPP)

8h20 jeudi 1er avril devant l’école Samira Bellil de L'Île-Saint-Denis. Les enfants de la maternelle à la primaire arrivent tout seuls ou accompagnés des parents pour leur avant dernier jour de classe. Tous les établissements scolaires, en Seine-Saint-Denis comme ailleurs, seront fermés quatre semaines en raison de l'épidémie de Covid-19. Nadia pose sa main sur son ventre en souriant. Maman de trois enfants de 7 à 16 ans, elle attend son quatrième. En télétravail, elle est bien équipée en informatique et soulagée par la fermeture des écoles : "On a peur, et moi ça me rassure, cette fermeture d'école."

"Je vais m'occuper de mes enfants, je vais leur faire classe à la maison et puis on va faire avec !"

Nadia, mère de trois enfants

à franceinfo

Pour certains parents ce sera plus difficile de "faire avec". Georges et Fatou font partie de ceux-là. "Dans notre situation professionnelle ça va être encore plus compliqué de garder les enfants à la maison", déplore Georges. Fatou se dit contrainte d'arrêter de travailler pour rester avec les enfants : "Je n'aurai plus de ressources. Je suis intérimaire donc si j'arrête le travail, je n'ai pas de ressources."

La perte d'un soutien scolaire indispensable

Pomme est représentante des parents d’élèves : "Par rapport à des territoires comme celui-ci où il y a un fort taux de précarité, renvoyer les enfants chez eux c'est sortir aussi de tout le soutien scolaire qu'ils peuvent avoir en classe. Ce sont des enfants qui ne vont pas pouvoir être accompagnés scolairement. Cela va creuser encore les inégalités, parce que ces enfants n'ont pas la possibilité de pouvoir continuer le travail scolaire censé être fait à distance."

L’enseignement à distance sera impossible à mettre en place à l’école Samira Bellil, selon Karim Bacha, le directeur : l'établissement ne dispose pas de suffisamment d'accès à internet. L'Île-Saint-Denis est une des communes les plus pauvres de France. La pandémie de Covid-19 y révèle plus encore les inégalités sociales.

Fermeture des écoles : quelles conséquences ? Reportage de Grégoire Lecalot en Seine-Saint-Denis
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.