Un cadre français sur deux juge son niveau d'anglais insuffisant

Alors que 56,3 % des cadres estiment que leur faible niveau d'anglais est un frein à leur carrière, certaines entreprises paient des cours de langue à leurs employés. 

FRANCE 2

Tous les jours, de nombreux cadres français doivent parler en anglais à leur travail. "Ce n'est pas facile de trouver ses mots tout de suite en anglais, on perd un peu ses moyens rapidement", explique William Balois, directeur de clientèle chez Caloga, au micro de France 2.

Si s'exprimer en anglais s'avère difficile, l'écrire n'est pas non plus toujours aisé. "Il n'y a pas d'automatisme, ça ne vient pas naturellement", indique Frédérique Issler, responsable commerciale chez Caloga et stagiaire en anglais chez ADomLingua. Pour remonter le niveau, la direction de l'entreprise paye donc des formations à ses employés.

"On corrige la prononciation"

Cartains cadres débordés prennent des cours à distance pendant la pause déjeuner, notamment pour améliorer leur accent très français. C'est le cas de Gérald Sébastien. "Il y a une tendance certaine à prononcer certains mots à la française, donc on corrige la prononciation", assure le consultant informatique. Près de 56 % des cadres, selon une étude Cadremploi et 1 to 1 English, estiment que leur faible niveau d'anglais est un frein à leur carrière. Les cours d'anglais sont aujourd'hui les formations les plus demandées dans les entreprises.

Le JT
Les autres sujets du JT