Brevet 2023 : plus de 860 000 collégiens passeront les épreuves écrites lundi et mardi

Ce sont précisément 867 182 candidats qui sont inscrits en France métropolitaine et dans les départements et régions d'outre-mer pour passer l'examen qui marque la fin des études du premier cycle dans le second degré.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des élèves dans une salle de classe du collège Jean Jaurès à Etaples (Pas de Calais), le 29 mars 2023. (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Quelque 860 000 collégiens passent lundi 26 et mardi 27 juin les épreuves écrites du diplôme national du brevet. Les élèves passeront les épreuves de français et les maths dans un premier temps, puis celles d'histoire-géographie et des sciences le lendemain.

Le brevet, qui atteste des connaissances et compétences acquises en fin de collège, à l'issue de la classe de troisième, se compose d'une partie de contrôle continu et d'épreuves finales. Il est noté sur 800 points au total : 400 points de contrôle continu et 400 points d'épreuves finales. Il faut décrocher au moins 400 points pour l'obtenir. Le français et les mathématiques sont évalués sur 100 points et l'histoire-géographie et les sciences sur 50 points. L'épreuve orale, étalée sur une période allant de mi-avril à la fin des épreuves écrites, est évaluée sur 100 points.

Ce sont précisément 867 182 candidats qui sont inscrits en France métropolitaine et dans les départements et régions d'outre-mer pour passer le brevet, qui marque la fin des études du premier cycle dans le second degré. D'un côté, la série générale avec 777 214 candidats, et de l'autre la série professionnelle avec 89 968 candidats, précise un communiqué du ministère. Quelque 727 100 collégiens avaient été admis au brevet l'an dernier, soit un taux de réussite de 87,5%, en baisse de 0,6 point par rapport à l'année précédente.

Soyez les premiers informés des résultats officiels du Brevet

toutes les dates et actualités

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.