"C'est le reflet de la société" : des féministes réagissent à l'absence de femmes parmi les 10 personnalités préférées des Français

Il n'y a aucune femme dans le top 10 du classement des personnalités préférées des français. Pour Marie-Noëlle Bas, présidente de l'association féministe Chiennes de garde, leur "invisibilisation" les empêche de "prendre les rênes".

Marie-Noelle Bas, la présidente de l\'association féministe \"Les Chiennes De Garde\"
Marie-Noelle Bas, la présidente de l'association féministe "Les Chiennes De Garde" (CHRISTOPHE PETIT TESSON / MAXPPP)

Le traditionnel classement des personnalités préférées des français a été publié par le JDD ce dimanche 30 décembre 2018. Pour la première fois, aucune femme n'apparaît dans le top 10. La première, l'actrice Sophie Marceau, cinquième l'an dernier, occupe la 16ème place cette année. Pour Marie-Noëlle Bas, présidente de l'association féministe Chiennes de garde, il est "symboliquement violent de voir, ou plutôt de ne pas voir le nom de femmes dans un top 10 tel que celui du JDD".

"Une violence symbolique"

"Cette invisibilisation des femmes ne permet pas, ni aux femmes, ni aux filles, de s'identifier, et donc de prendre les rênes de l'économie, de l'entreprise, de la politique, des associations", a expliqué Marie-Noëlle Bas. "Le fait de ne pas pouvoir se projeter en femme "forte" est effectivement une violence symbolique. C'est tout à fait un cercle vicieux et, effectivement, on n'en sort pas", a-t-elle ajouté.

D'après Maître Caroline Mécary, avocate au barreau de Paris, c'est "le reflet de la société dans laquelle nous vivons. C'est-à-dire une société où dans l'espace public, dans les médias, la visibilité des femmes est très, très inférieure à celle des hommes", estime-t-elle, avant d'affirmer : "Dans les médias, quand vous êtes une femme, il y a 30% de temps de parole qui vous est accordé, 70% pour les hommes".

D'après Alix Béranger, féministe,co-fondatrice de La Barbe, les femmes seraient souvent "cantonnées à des rôles mineurs (...) souvent accompagnées d'hommes", des "épouses de", des "collaboratrices de", mais "rarement des femmes pour ce qu'elles sont"

Faites un sondage sur les femmes qui ont compté dans l'histoire, vous verrez que c'est toujours les mêmes figures. Marie Curie, par exemple, qui ressort. Parce que, finalement, elles sont aussi absentes des livres d'HistoireAlix Bérangerà franceinfo

"C'est très difficile pour des Français de mettre des femmes en avant dans un classement s'ils n'ont peu l'occasion d'entendre parler de ces femmes", a expliqué Alix Béranger.

Pourtant cette année, de nombreuses femmes ont marqué l'année 2018, notamment en marge du mouvement #MeToo et Balance ton Porc, mais aussi dans les compétitions sportives. Selon ces féministes, le classement du JDD est "biaisé" et elles mettent en doute la parité dans le choix des personnalités. L'hebdomadaire indique dans un encadré sous le classement que "68 noms ont été proposés", sans indiquer le nombre d'hommes et de femmes sélectionnés.