Au gouvernement, avec 19 hommes et 17 femmes, la parité n'est plus respectée

Après la nomination vendredi du secrétaire d'Etat Adrien Taquet, la parité hommes-femmes, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, n'est plus respectée. 

Edouard Philippe et des ministres de son gouvernement dans la cour du palais de l\'Elysée à Paris, le 4 janvier 2019. 
Edouard Philippe et des ministres de son gouvernement dans la cour du palais de l'Elysée à Paris, le 4 janvier 2019.  (MUSTAFA YALCIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

Le gouvernement compte désormais 19 hommes et 17 femmes, après la nomination, vendredi 25 janvier, d'Adrien Taquet comme secrétaire d'Etat chargé de la protection de l'enfance auprès de la ministre Agnès Buzyn. La parité hommes-femmes, promesse de campagne d'Emmanuel Macron, n'est donc plus respectée. "Je ne crois pas que ça rompe l'engagement que nous avions pris. Nous avons toujours calculé et fait en sorte, en la matière, (que) les équilibres soient respectés", a déclaré Edouard Philippe, interrogé sur le sujet lors d'un point-presse à Matignon sur le dossier de la protection de l'enfance.

Lors du remaniement d'octobre 2018, le nombre de membres du gouvernement (Premier ministre inclus) avait atteint 35, soit 18 hommes et 17 femmes. Si le nombre impair de membres du gouvernement empêchait de toute façon une parité parfaite, l'Elysée s'était targué à l'époque dans son communiqué de la nomination d'un gouvernement "strictement paritaire" en faisant le choix de ne pas compter le Premier ministre. Avec un nombre pair de membres du gouvernement, cette "parité stricte" est rompue.