Complément d'enquête, France 2

VIDEO. Lutte contre la drogue : quand la nouvelle police municipale de Saint-Ouen fait un four

A Saint-Ouen, en Seine-Saint-Denis, où le business du shit bat son plein, la municipalité a décidé de mettre le paquet avec une nouvelle police municipale suréquipée. Mais attraper les dealers en flagrant délit, c'est presque mission impossible... Extrait de "Complément d'enquête". 

Voir la vidéo
avatar
France 2France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Devant la recrudescence des règlements de comptes par balles liés au trafic de drogue, le maire de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) a décidé de mettre le paquet. Vingt-cinq recrues, dont plusieurs anciens légionnaires, équipés de flash-balls et de caméras, forment la nouvelle police municipale. Une police qui coûte cher à la ville : 1,7 million d'euros cette année, trois fois plus qu'en 2016. Pour quel résultat ? Extrait de "Complément d'enquête".

"Il faudra faire attention, le quartier est assez tendu. Il y a peu de temps, on a pris des projectiles." Briefing de l'équipe, checking du matériel, et départ en opération. Raphaël Tresanini s'est fait embarquer avec la patrouille ce soir-là. La "présence d'individus consommant des stupéfiants" est vite signalée.

"Artena derrière !"

Première opération de la soirée : un "four" (un gros point de deal) qui a pignon sur rue depuis une dizaine d'années. Deux policiers s'élancent, dont l'un avec un pitbull en laisse. Mais "l'individu suspect" a été plus rapide : aux cris du guetteur "Artena, derrière !" ("Artena" pour signaler l'arrivée de la police), il a piqué un sprint le long des barres d'immeubles.

Premier point contrôlé, premier échec. Le dealer présumé s'est échappé. Les attraper, c'est presque mission impossible à Saint-Ouen. Les réseaux du trafic de drogue se sont adaptés à la nouvelle pression policière. Sur ceux qui restent sur la zone de deal, on ne trouve jamais rien... ni cannabis ni argent. Et les gamins narguent les "Schmitt" : "Vous avez raté !" 

"C'est mort", conclut le chef. Pas pour tout le monde... A peine le dos tourné, le business reprend. A la barbe des flics, le guetteur s'est remis en place. Du côté des forces de l'ordre, le butin de cette soirée se montera en tout à 200 euros à peine...

Extrait de "93 : l'indispensable industrie du shit", diffusé dans "Complément d'enquête" le 14 septembre 2017.