Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Complément d'enquête. Un incroyable fiasco des stups raconté par un ancien indic

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Complément d'enquête. Un incroyable fiasco des stups raconté par un ancien indic
Complément d'enquête. Un incroyable fiasco des stups raconté par un ancien indic Complément d'enquête. Un incroyable fiasco des stups raconté par un ancien indic (Complément d'enquête/France 2)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Alors que des affaires récentes mettent en cause l'ancien patron de la lutte antidrogue François Thierry, retour sur un trafic monté de toutes pièces par les stups. Un ex-indic sort du silence pour "Complément d'enquête". Extrait.

Pour la première fois après cette affaire, la justice remettait en cause les méthodes "stupéfiantes" de l'Office central pour la répression du trafic illicite. Extrait d'un reportage de "Complément d'enquête".

Quinze ans qu'il se faisait payer en cash par l'Office des douanes et l'OCRTIS… Mais en août 2015, un trafic de haschich et de cocaïne à l'aéroport d'Orly l'a fait plonger. Olivier sort du silence et raconte son histoire à Matthieu Fauroux.

L'OCRTIS désavoué par la justice

Missionné par une équipe de policiers pour approcher une bande de truands, Olivier leur promet la complicité d'un employé d'Orly pour faire voyager en échappant aux contrôles du haschich à l'aller, de la cocaïne au retour. Pour organiser quatre rendez-vous, il touche 17 000 euros. Un bon job...

Le plan se déroule comme prévu : 132 kilos de cocaïne venue des Antilles sont saisis, deux dealers arrêtés. Mais coup de théâtre : l'avocate de l'un d'eux dénonce un trafic monté de toutes pièces. La justice lui donne raison et annule la procédure − une première qui remet en cause les méthodes de l'OCRTIS. L'identité d'Olivier est dévoilée. Aujourd'hui, l'ancien indic est menacé ainsi que sa femme.

Extrait de "OCRTIS : des méthodes stupéfiantes", un reportage diffusé dans "Complément d'enquête. Drogue : la guerre perdue" le 9 juin 2016.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.