Polémique après l'apparition dans nos assiettes d'un agneau génétiquement modifié

À la suite d'un dysfonctionnement dû à une erreur ou à un acte de malveillance, un agneau génétiquement modifié a été vendu et mangé.

France 2

L'Institut national de la recherche agronomique (Inra) se serait sans doute passé de cette mauvaise publicité. Rubis, un agneau génétiquement modifié par une protéine de méduse censée lui conférer une peau fluorescente ou translucide, s'est retrouvé dans l'assiette de particuliers.

Fruit d'une expérimentation, l'animal n'aurait jamais dû se retrouver dans le circuit de la chaîne alimentaire. Ce dysfonctionnement serait dû à une erreur ou à un acte de malveillance d'un employé qui aurait envoyé la bête à l'abattoir pour se venger d'un supérieur.

Pas de danger

La viande a été vendue et mangée, mais il n'y aurait pas de danger sanitaire. "C'est comme si vous mangiez un agneau et un gène de méduse", explique à France 2 le docteur Laurent Lasne, président du syndicat des vétérinaires inspecteurs.

Les procédures de sécurité de l'Inra vont être réexaminées. Tous les animaux modifiés ont été abattus.

Le JT
Les autres sujets du JT
En novembre 2014, un agneau génétiquement modifié par l\'Inra s\'est retrouvé à l\'abattoir, avec d\'autres animaux non modifiés (photo d\'illustration).
En novembre 2014, un agneau génétiquement modifié par l'Inra s'est retrouvé à l'abattoir, avec d'autres animaux non modifiés (photo d'illustration). (HANNEKE LUIJTING / FLICKR RF / GETTY IMAGES)