VIDEO. Politiques et anonymes se mobilisent pour l'entrée de Simone Veil au Panthéon

Le Président de la République Emmanuel Macron rendra hommage à Simone Veil mercredi prochain aux Invalides. Mais une question s'impose : fera-t-elle son entrée au Panthéon ? 

FRANCE 2
Après l'annonce de la mort de Simone Veil, vendredi 30 juin, des pétitions signées par plusieurs dizaines de milliers d’internautes et de nombreuses personnalités ont demandé l’entrée au Panthéon de cette grande figure de la vie politique française. En quelques heures, l'une d'entre elles a recueilli plus de 72 000 signatures. Un élan populaire qui se confirme devant le Panthéon, où reposent actuellement 75 hommes et seulement quatre femmes.
>> Trois questions sur la possible panthéonisation de Simone Veil
"C'était une femme d'une grande envergure et je pense qu'il faut lui rendre hommage à cette dimension là", déclare une passante interrogée par France 2. "Avoir une femme qui a une vie si riche et qui a tellement contribué à l'amélioration de la vie des femmes, ça serait formidable", abonde une autre.

"Il y aura une réflexion"

Pour reposer dans ce temple laïque de la République, les critères sont simples : il faut être Français, et la famille du défunt doit donner son accord. Pour le reste, c’est le chef de l’Etat qui décide seul. "Le peuple peut en revanche donner des idées et dans une démocratie d’opinion comme la notre on peut penser que le président y sera sensible", analyse Christophe Prochasson, directeur d’études à l’EHESS.

Vendredi soir, en marge du séminaire gouvernemental à Nancy, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a affirmé qu"il reviendrait au président de la République et au Premier ministre d’échanger d’abord avec (la) famille de (Simone Veil) parce que ce qui paraît essentiel, c’est de savoir ce que veut aussi la famille […]. Ensuite, il y aura une réflexion".

Le JT
Les autres sujets du JT
Simone Veil, le 25 janvier 2005 à Drancy (Seine-Saint-Denis).
Simone Veil, le 25 janvier 2005 à Drancy (Seine-Saint-Denis). (JEAN AYISSI / AFP)