Trois questions sur la possible panthéonisation de Simone Veil

Peu après sa mort, de nombreuses voix se sont élevées pour réclamer l'inhumation de Simone Veil au Panthéon.

Le Panthéon contient les sépultures de 75 personnalités et peut en accueillir 300.
Le Panthéon contient les sépultures de 75 personnalités et peut en accueillir 300. (PHOTO12 / GILLES TARGAT)

La proposition semble faire de plus en plus l'unanimité. La figure de la politique française et européenne Simone Veil, morte vendredi 30 juin, sera-t-elle la cinquième femme à avoir son nom inscrit dans le Panthéon ? De nombreuses voix s'élèvent depuis sa mort pour demander son entrée dans cette nécropole des "grands Hommes", comme il est écrit sur la devanture de ce bâtiment au style néo-classique du cinquième arrondissement de Paris. Franceinfo répond à trois questions sur l'éventualité d'une entrée de Simone Veil au Panthéon.

Qui soutient la panthéonisation de Simone Veil ?

De nombreuses personnalités politiques ont soutenu cette idée, à l'instar du groupe socialiste au Parlement européen. L'ancien ministre Bernard Kouchner, ou le sénateur du Loiret Jean-Pierre Sueur, le député européen Jean-Marie Cavada ont également dit que Simone Veil avait sa place au Panthéon.

Vendredi, une pétition, est lancée par l'association Politiqu'elles sur le site Change,& pour soutenir cette éventualité. Elle recueillait vendredi soir plus de 7000 signatures.

Qui décide de son éventuelle entrée au Panthéon ?

Ce bâtiment, prévu pour devenir une église, est dédié aux personnalités exceptionnelles françaises depuis une décision de l'Assemblée nationale en 1791. Depuis, la décision d'inhumer quelqu'un au Panthéon a beaucoup évolué. D'abord décidé par l'Assemblée nationale sous la Révolution, la décision reviendra le plus souvent au chef de l'Etat. En 1794, c'est la convention qui désigne Jean-Jacques Rousseau pour y reposer. Ensuite, l'empereur Napoléon choisi les 42 personnages illustres suivants.

Sous les IIIe et IVe Républiques, les panthéonisations sont de nouveau approuvées par les députés. La Ve République marque le retour du choix par le chef de l'Etat seul. Ainsi, en 2015, le président de la République François Hollande choisit quatre nouveaux entrants. Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle - Anthonioz, Germaine Tillion et Jean Zay sont honorés. Aujourd'hui, c'est Emmanuel Macron qui prendrait une telle décision.

Vendredi, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a laissé entendre qu'une réflexion pourrait être lancée en ce sens.

Lorsqu'une personnalité est proposée pour faire son entrée au Panthéon, la famille du défunt est consultée. En 2009, le fils du prix Nobel de littérature Albert Camus avait refusé l'entrée de son père dans la nécropole, rappelle Le Monde.

qsd

Qu'est-ce qui joue en la faveur de cette panthéonisation ?

Grande figure de la vie politique française, Simone Veil a longtemps été la personnalité préférée des Français. Le monde politique salue sa mémoire de manière unanime, depuis sa mort vendredi. Simone Veil s'était aussi illustrée en soutenant le texte de loi portant sur l'interruption volontaire de grossesse (IVG), en 1974. C'est ce combat difficile pour faire adopter cette loi, contre une partie de son propre camp, qui a fait d'elle une personnalité politique populaire.

Les engagements d'Emmanuel Macron en faveur de la parité, notamment pendant la campagne présidentielle, peuvent aussi jouer en faveur de la panthéonisation de Simone Veil. Les femmes sont sous-représentées au Panthéon. Elles sont seulement quatre, contre 75 hommes. Simone Veil pourrait ainsi rejoindre Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Marie Curie et Sophie Berthelot.