VIDEO. Pourquoi les mathématiciens français sont-ils si doués ?

Depuis la création de la médaille Fields, la France a obtenu douze récompenses. C'est la deuxième nation, après les Etats-Unis, à cumuler le plus grand nombre de ces "prix Nobel des maths".

FRANCE 3

Parmi les mathématiciens ayant reçu la prestigieuse médaille Fields, mercredi 13 août, se trouvait Artur Avila. Né à Rio et naturalisé français depuis l'an dernier seulement, Artur Avila, lauréat de la médaille Fields, l'équivalent du prix Nobel de mathématiques, illustre à sa façon l'excellence et les spécificités de la recherche française dans ce domaine.

En effet, il est le douzième mathématicien français à décrocher la fameuse médaille, attribuée par lot tous les quatre ans. Artur Avila se démarque en effet à plus d'un titre de ses prédécesseurs. A l'instar de Cédric Villani et du Franco-Vietnamien Ngô Bau Chau, médailles Fields en 2010, tous sont passés, à un moment ou à un autre de leur carrière, par la prestigieuse Ecole normale supérieure (ENS) de la rue d'Ulm. Située à Paris, l'ENS est l'héritière d'une longue tradition intellectuelle et d'un système de sélection des élites instauré dès le début du XIXe siècle.

Une équation sur les boules de billard

"L'école française mathématique a toujours été très bonne, ce qui a pour effet d'attirer les jeunes générations vers cette discipline. Ensuite, les mécanismes de sélection des élites dans notre pays accordent aux mathématiques une place privilégiée. Résultat : les élèves les plus brillants s'orientent souvent vers cette discipline", résume Martin Andler, du Laboratoire de mathématiques de Versailles, cité dans le journal du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).

Artur Avila, 35 ans, n'a découvert quant à lui la France et son glorieux passé mathématique que sur le tard, d'abord en simple touriste. Un parcours atypique peut-être à relier avec sa spécialité : les "systèmes dynamiques" (qui évoluent au cours du temps) comme le mouvement des planètes ou des populations, autrement dit les lois décidant de l'ordre ou du chaos. Un de ses faits d'armes est d'avoir mis en équations le comportement de boules de billards lancées sur des tables de différentes formes.

Le Français Artur Avila (à droite) à Séoul (Corée du Sud) pour la remise de la médaille Fields, mercredi 13 août.
Le Français Artur Avila (à droite) à Séoul (Corée du Sud) pour la remise de la médaille Fields, mercredi 13 août. (THE SEOUL ICM 2014 / AFP)