Cet article date de plus de cinq ans.

De l'eau coule à la surface de Mars, annonce la Nasa

C'est ce qu'indique une étude réalisée à partir de données recueillies par la mission de la Nasa Mars Reconnaissance Orbiter et publiée lundi dans la revue "Nature Geosciences".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des traces d'écoulement d'eau sur la planète Mars, sur une photo d'archives publiée par la Nasa, le 27 septembre 2015. (NASA)

De l'eau liquide coule à la surface de la planète Mars chaque été, annonce la Nasa, lundi 28 septembre. Des travaux réalisés à partir des données fournies par la mission Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), pilotée par l'agence spatiale américaine, ont été publiés dans la revue Nature Geosciences (en anglais).

Concrètement, les lignes qui entaillent les pentes de la planète rouge proviendraient de ruisseaux de saumure, une solution aqueuse saturée en sel. 

Image livrée par la Nasa de la surface de la planète Mars et de traces d'écoulement. (NASA)

"Nos derniers résultats confirment la présence de saumure, un mélange de sels et d'eau, à la surface de Mars", a indiqué au Parisien la chercheuse française Marion Massé, coauteure de l'étude.

"Nous avons découvert que des sels, les perchlorates, apparaissent tous les ans pendant la période d'activité des écoulements. Nous pensons qu'ils se cristallisent alors, tandis que l'eau s'évapore", poursuit-elle. Le perchlorate, un type de sel identique à celui évoqué aujourd'hui, est très absorbant et abaisse le point de congélation de l'eau, de sorte qu'elle reste liquide à des températures plus froides.

"Il ne faut pas imaginer des ruisseaux"

"Cette étude est une belle confirmation de ce que l'on imaginait, indique à francetv info le planétologue François Forget, directeur de recherches au CNRS, et spécialiste de Mars. Mais il faut être clair : nous n'avons pas vu l'eau couler. Il ne faut pas imaginer des ruisseaux. Il y a très, très peu d'eau."

Image fournie par la Nasa montrant des traces d'écoulement d'eau à la surface de la planète Mars. (NASA)

Le chercheur explique que "les traces, les lignes que l'on voit mettent plusieurs jours à se former. Plutôt que de l'eau qui coule, c'est une simple humidification. Il s'agit d'humidification progressive, qui avance petit à petit."

D'où vient cette eau ?

Marion Massé expose au Parisien trois hypothèses sur l'origine de cette eau. "La première serait qu'elle provienne de la glace située sous la surface (...). Mais si cette eau gelée fond partiellement tous les étés, il faut qu'elle puisse se reformer l'hiver. Et nous n'avons pas trouvé comment", détaille-t-elle.

Autre scénario envisagé : cette eau "serait du givre saisonnier qui se déposerait en hiver. Mais normalement, le givre disparaît au printemps et là, les écoulements ont lieu plus tard dans l'année", explique la chercheuse.

Elle privilégie une troisième hypothèse, avec toutefois un bémol : "Les sels absorberaient l'humidité atmosphérique qui se transformerait en liquide. Mais cette explication pose quand même un souci, car il n'y a pas beaucoup d'eau dans l'atmosphère martienne."

Bientôt des signes de vie sur Mars ?

La présence, même saisonnière, d'eau liquide à la surface de la planète est un signal encourageant et prometteur. Mais l'eau liquide ne suffit pas pour que la vie apparaisse.

Pour cela, les scientifiques s'accordent à dire qu'une planète doit être rocheuse, avec une température équilibrée, une gravité suffisamment importante, la présence d'une atmosphère et l'existence de marées.

Mais François Forget rappelle qu'il existe sur Terre, notamment en Antarctique, des bactéries qui sont capables d'exploiter et de se reproduire dans des humidifications semblables à celles observées sur Mars.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.