Cet article date de plus de huit ans.

Comète Tchouri : le robot Philae donne des nouvelles rassurantes

Le robot-laboratoire a pu transmettre des informations pendant vingt minutes à la Terre. Une communication "d’un niveau de qualité technique jamais atteint auparavant".

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le robot Philae photographié sur la comète Tchouri le 13 novembre 2014. (AFP / ESA)

Les scientifiques ne l'espéraient plus. Jeudi 9 juillet, le robot Philae est parvenu à communiquer avec la Terre depuis la comète Tchouri par l'intermédiaire de la sonde Rosetta. Mieux encore, il a pu transmettre des informations pendant vingt minutes. Philippe Gaudon, le chef de projet au Cnes en charge de la mission, a expliqué, jeudi 16 juillet, sur le site internet du Centre national d'études spatiales (Cnes) l'importance de cette communication "d’un niveau de qualité technique jamais atteint auparavant".

Après sept longs mois d'hibernation, Philae s'est réveillé mi-juin. Entre le 13 et le 24 juin, les scientifiques sont parvenus à établir "sept contacts brefs" avec le robot. Mais depuis, plus rien. "Nous commencions à être inquiets après ces quinze jours sans contact", confie Philippe Gaudon. "Mais cette nouvelle communication est rassurante", explique le chef de projet. "Sa durée et sa qualité sont vraiment excellentes et l’espoir de parvenir à communiquer correctement avec Philae renaît."

Philae est en bonne santé

Les données reçues depuis mi-juin ont été analysées. Elles ont révélé que le robot avait réussi, malgré sa position d'atterrissage entre des falaises très peu éclairées, à refaire le plein d'énergie, grâce à ses panneaux solaires et surtout grâce à une meilleure exposition au soleil. "La température dans Philae est bonne, c’est-à-dire supérieure à 0 °C, nous estimons que la batterie est rechargée au moins à 75%, et nous recevons au moins 30 W d’énergie sur les panneaux solaires", détaille Philippe Gaudon.

Ne reste plus qu'à "trouver le moyen de résoudre le problème de communication, le moyen d’établir une communication fiable et régulière". A l'automne, explique le chercheur, "les conditions d’ensoleillement de Philae devraient être encore favorables et nous espérons qu’il sera possible de diminuer la distance de l’orbiteur pour améliorer les contacts." Car Rosetta s’est rapprochée d’une vingtaine de kilomètres de Tchouri et gravite à présent à près de 155 km. Conclusion du scientifique : le robot-laboratoire, muni d'instruments pour étudier la comète, va donc pouvoir "refaire de la science".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.