Espace : Starliner, la capsule de Boeing, atteint pour la première fois la Station spatiale internationale

Le géant américain de l'aéronautique a envoyé environ 230 kg de ravitaillement sur l'ISS.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La capsule de Boeing, Starliner, s'arrime le 20 mai 2022 à la Station spatiale internationale. (NASA TV / AFP)

C'est un succès pour Boeing, qui doit à l'avenir transporter des astronautes pour la Nasa. La capsule Starliner du géant américain de l'aéronautique s'est pour la première fois arrimée, dan la nuit du vendredi 20 au samedi 21 mai, à la Station spatiale internationale (ISS). L'arrimage a eu lieu à 2h28 (heure française) avec plus d'une heure de retard sur l'horaire initialement prévu à causes d'ultimes vérifications lors des manœuvres, minutieusement chorégraphiées à 400 km au-dessus de nos têtes.

Les astronautes à bord de l'ISS et la salle de contrôle à Houston ont surveillé de près l'approche. Starliner s'est d'abord stabilisée à environ 250 m de la station. Puis, après avoir avancé légèrement, la capsule a reculé afin de montrer qu'elle était capable de battre en retraite en cas de besoin. Enfin, après un nouvel arrêt maîtrisé quoique plus long que prévu à 10 m, la délicate manœuvre finale, effectuée alors que la station file à 28 000 km/h, a été enclenchée. Le véhicule s'est doucement approché, jusqu'au contact.

"Le vaisseau Starliner réussit son premier arrimage historique à la Station spatiale internationale, ouvrant une nouvelle voie d'accès au laboratoire volant pour les équipages", a alors déclaré un commentateur sur la retransmission en direct de l'agence spatiale américaine.

Un train de retard sur SpaceX

L'écoutille de la capsule, qui transportait environ 230 kg de ravitaillement pour le compte de la Nasa, ne sera ouverte que samedi. Starliner doit rester arrimée à l'ISS durant environ cinq jours, avant de redescendre vers la Terre pour atterrir dans le désert de l'Etat américain du Nouveau-Mexique, sur la base de White Sands. 

Ce vol test non habité avait déjà été tenté en 2019, mais la capsule avait alors rencontré plusieurs problèmes et avait dû rebrousser chemin sans pouvoir rejoindre la station. Depuis, Boeing peine à rattraper SpaceX, qui transporte déjà des astronautes pour la Nasa depuis 2020, après la réussite des vols de sa capsule Dragon.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Espace

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.