Cet article date de plus de cinq ans.

Au planétarium de Bretagne, on a vu l'éclipse... sur grand écran

Plusieurs centaines de visiteurs ont observé l'éclipse solaire grâce à des images diffusées à l'intérieur du planétarium, à Pleumeur-Bodou, vendredi 20 mars. Dehors, le ciel, lui, est resté obstinément bouché.

Article rédigé par
Envoyée spéciale à Pleumeur-Bodou, - Marie-Violette Bernard
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le planétarium de Pleumeur-Bodou (Côtes-d'Armor) proposait au public de regarder une retransmission de l'éclipse solaire, vendredi 20 mars, le temps étant trop couvert pour la voir dans le ciel. (MAXPPP)

"Bon. Je crois qu'on ne verra pas grand-chose." Les mines sont dépitées sur le parvis du planétarium de Bretagne de Pleumeur-Bodou (Côtes-d'Armor), vendredi 20 mars, peu avant 9 heures. Une petite centaine de personnes attendent l'ouverture du site, impatients d'observer l'éclipse presque totale du Soleil. Problème : d'épais nuages gris surplombent le Trégor. 

Heureusement pour les visiteurs, l'événement est aussi retransmis sur l'écran sphérique du planétarium. D'un côté, une projection de la Terre, vue de l'espace, permet de suivre la progression de l'ombre de la Lune. De l'autre, des images du Soleil sont diffusées en direct. "Si le ciel se dégage, nous vous préviendrons pour que vous puissiez courir dehors", promet Maxime Piquel, le directeur du planétarium.

Des lunettes en rupture de stock, devenues inutiles

Dans la salle pleine à craquer, on s'impatiente. "C'est joli, mais ça prend beaucoup de temps", se plaint une petite fille, venue avec sa classe de CP. Sur l'écran, la Lune semble prendre une éternité à se placer devant le Soleil. Maxime Piquel occupe les visiteurs avec une balade dans l'espace, projetant tour à tour les images de Vénus ou de Jupiter. Dehors, quelques fumeurs déterminés continuent de scruter le ciel, dans l'espoir d'une éclaircie.

Soudain, le moment tant attendu se produit. L'ombre de la Lune, marquée par un point rouge sur l'écran du planétarium, recouvre peu à peu la Scandinavie. En face, le Soleil est presque entièrement obscurci. Les "oooh" et "waouh" des enfants s'élèvent. Les plus têtus courent demander des lunettes, en rupture de stock depuis mercredi 18 mars, à l'accueil. "Je peux vous en prêter, mais ça ne vous servira pas à grand-chose..." répond l'hôtesse. A l'extérieur du planétarium, d'autres visiteurs tentent de prendre des photos... des nuages.

 

"C'était plus impressionnant en 1999"

Beaucoup font la comparaison avec la précédente occultation totale du soleil. "Je suis un peu déçue : en 1999, j'ai observé l'éclipse par grand beau temps, c'était plus impressionnant, constate Aurélie Barbier, qui a pris des "vacances hors saison" pour emmener ses deux fils au planétarium. Cela dit, j'étais dans le Sud, pas en Bretagne."

La plupart des visiteurs sont toutefois ravis de pouvoir en apprendre plus sur l'espace. "Entre l'économie qui va mal, les attentats... Les gens sont venus voir l'éclipse parce que c'est une respiration, un moment de calme dans leur quotidien", estime Maxime Piquel, chaleureusement applaudi à la fin de la retransmission.

 

Après un dernier tour par la boutique du planétarium, les astronomes en herbe rentrent chez eux. "Finalement, il ne s'est pas passé grand-chose : il n'a même pas fait nuit !" conclut Michel. Le Parisien et sa femme sont venus de Paris spécialement pour observer le phénomène astral et la marée du siècle en Bretagne. "J'espère que les vagues de demain seront plus impressionnantes que l'éclipse !"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.