Soins trop chers, dépassements d'honoraires : les dentistes dans la ligne de mire de la Cour des comptes

Dans un rapport provisoire consulté par "Le Figaro", la Cour des comptes estime que le secteur est notamment plombé par les dépassements d'honoraires et le faible remboursement de certains soins. 

Une intervention dans une clinique dentaire, à Besançon (Doubs), le 15 mars 2013. 
Une intervention dans une clinique dentaire, à Besançon (Doubs), le 15 mars 2013.  ( MAXPPP)

La Cour des comptes ne mâche pas ses mots : l'état de santé bucco-dentaire des Français est si "médiocre" qu'il faut absolument "réformer profondément l'organisation" des soins dentaires. Mardi 26 avril, Le Figaro.fr (article abonnés) se fait l'écho d'un projet de rapport "accablant", dans lequel les magistrats pointent un secteur moribond, plombé, entre autres, par une hausse des dépassements d'honoraires ces dernières années, qui prive de soins un cinquième des patients. 

"Désengagement" des pouvoirs publics, "manque de transparence du secteur", "faillite des politiques publiques face aux professionnels", "indigence des contrôles de la profession" : la Cour tire la sonnette d'alarme, quatre mois avant le début des négociations, en septembre, sur les tarifs du secteur entre syndicats de chirurgiens-dentistes, complémentaires santé et Assurance-maladie, rappelle Le Figaro. 

Laisser les mutuelles rembourser les actes lourds

La Sécurité sociale rembourse "seulement 33% des 10,6 milliards d'euros de dépenses bucco-dentaires, et les mutuelles environ 39%", rappelle Le Figaro.fr, qui calcule que le reste, "plus de 2,6 milliards d'euros, est réglé directement par les patients". Pointant l'augmentation continue des dépassements d'honoraires, à cause desquels "un cinquième des patients renonce à consulter", les magistrats s'interrogent sur la pertinence des discussions en cours entre professionnels du secteur.

Et pour cause : "Les engagements pris par la profession n'ont en effet jamais été à la hauteur des efforts consentis par l'Assurance-maladie. Ils n'ont par ailleurs pas été respectés", dénonce ce rapport provisoire. Le quotidien relève ainsi qu'en dépit des "trois hausses de tarifs accordées depuis 2006 aux professionnels, qui lui ont coûté 160 millions euros par an, la Sécu n'a pas atteint son objectif de contenir l'envolée des dépassements d'honoraires". Les professionnels, dont les dépassements représentent plus de la moitié des revenus, estiment à l'inverse que ces revalorisations sont insuffisantes, résume Le Figaro.fr. 

La solution proposée par les magistrats ? "Laisser les seules complémentaires santé rembourser les soins lourds (prothèses dentaires, etc.)", afin de permettre à la Sécurité sociale de prendre en charge davantage d'"actes dentaires plus légers de prévention et d'entretien", explique le quotidien.