Santé : pourquoi la prescription d'Androcur va-t-elle être mieux encadrée ?

Les experts souhaitent recadrer les prescriptions de l'Androcur et de ses génériques. France 2 vous explique pourquoi.

France 2

La prescription d'Androcur sera désormais mieux encadrée. Ce traitement hormonal est accusé d'augmenter le risque de tumeurs non cancéreuses au cerveau. L'Agence du médicament vient de définir toute une série de recommandations qui seront adressées aux professionnels de santé. "Ma tumeur, je ne sais pas si vous pouvez vous imaginer, mais elle faisait 9 cm sur 5 cm dans l'hémisphère gauche", explique Marlène Vault, victime de l'Androcur après avoir pris le médicament pendant 12 ans, jusqu'à l'opération de sa tumeur au cerveau en décembre 2017.

Des IRM cérébrales en tout début de traitement

Marlène Vault prenait ce traitement hormonal pour une pilosité qu'elle jugeait excessive. "J'aurai dû être prévenue. Auquel cas, je n'aurai pas continué le traitement", confie-t-elle. Si les experts souhaitent recadrer les prescriptions de l'Androcur et de ses génériques, ils demandent aussi l'arrêt des utilisations prolongées à forte dose et des IRM cérébrales en tout début de traitement ou si les traitements se prolongent au-delà de cinq ans. Marlène Vault voudrait, elle, que les victimes soient reconnues et indemnisées. Depuis son opération, elle souffre de nombreuses séquelles, ne peut plus conduire et ne travaille plus depuis neuf mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une boîte d\'Androcur dans une pharmacie parisienne, le 10 novembre 2004.
Une boîte d'Androcur dans une pharmacie parisienne, le 10 novembre 2004. (SIMON ISABELLE / SIPA)