Maternité : les établissements sont sous tension en raison du manque de personnel

Publié Mis à jour
Maternité : les établissements sont sous tension en raison du manque de personnel
Article rédigé par
A.Guery, C-M.Denis, A.Da Silva - France 2
France Télévisions

Les fermetures de maternités s'enchaînent partout en France. En Seine-Saint-Denis, le manque de sages-femmes inquiète pour les mois à venir. Reportage dans une maternité de niveau 3.

À Chinon (Indre-et-Loire), une maternité est restée fermée pendant plus d'un mois, faute de personnel. La direction avait supprimé des postes et les arrêts maladies n'étaient pas remplacés. À Nevers (Nièvre), une autre avait fermé ses portes pendant huit jours avec 14 sages-femmes en arrêt maladie pour épuisement professionnel. À Limoges (Haute-Vienne), la maternité est sous pression depuis un an. "On est tout le temps en train de courir en fait", témoigne une soignante.  

Entre deux et quatre gardes par semaine 

En Seine-Saint-Denis, la plus grosse maternité du 93 de niveau 3 manque de sages-femmes. Ici, les accouchements et les gardes de 12 heures s'enchaînent, en raison du manque de personnel. "On fait entre deux et quatre gardes par semaine, sans compter les gardes supplémentaires", affirme une sage-femme. En moyenne, elles gagnent 2 200 euros nets par mois. En deux ans, les sages-femmes sont passées de 91 à 63 dans cet établissement. "On ne peut pas faire notre travail correctement", affirme Chloé Ravalet, sage-femme. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.