Paris : les grévistes de l'AP-HP insatisfaits après de nouvelles négociations avec la direction, annonce les syndicats

La direction de l'AP-HP propose notamment de créer 61 postes supplémentaires dès cette semaine dans les 17 services d'urgence du groupe. Les grévistes jugent "insuffisantes" les mesures proposées.

Un soignant de l\'AP-HP en grève, le 15 avril 2019, à l\'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.
Un soignant de l'AP-HP en grève, le 15 avril 2019, à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Les grévistes des urgences de Paris n'ont toujours pas obtenu satisfaction après une réunion de négociations qui s'est tenue mardi 23 avril avec la direction de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), a appris franceinfo de la direction et des syndicats. La direction a proposé un certain nombre de points, des postes supplémentaires qui seraient mis en place dès cette semaine ainsi qu'une prime exceptionnelle défiscalisée. Des mesures jugées "insuffisantes" par les représentants du personnel.

61 postes supplémentaires proposés

La direction de l'AP-HP, qui avait déjà proposé de créer 61 postes supplémentaires, propose de les ouvrir dès cette semaine dans les 17 services d'urgence du groupe. Une prime exceptionnelle défiscalisée de 250 euros nets par an a aussi été posée sur la table. Pour terminer dans les nouveautés, elle propose à certains infirmiers une augmentation de 100 euros par mois. Elle a également confirmé le maintien de l'augmentation de la prime de dangerosité, qui passerait de 5 à 20 euros en moyenne à une soixantaine d'euros pour tout le monde.

Ces mesures sont jugées insuffisantes par les grévistes qui promettent de poursuivre leur mouvement. En ce qui concerne les mesures sur les postes et les rémunérations, ils réclament toujours 700 postes supplémentaires et 300 euros nets de plus par mois.

Une nouvelle réunion de négociation sera organisée jeudi 25 ou vendredi 26 avril entre la direction et les grévistes.