Cet article date de plus de sept ans.

Obésité : à l'hôpital d'Argenteuil, un accompagnement très personnalisé fait ses preuves

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min
Obésité : à l'hôpital d'Argenteuil, un accompagnement très personnalisé fait ses preuves
Obésité : à l'hôpital d'Argenteuil, un accompagnement très personnalisé fait ses preuves Obésité : à l'hôpital d'Argenteuil, un accompagnement très personnalisé fait ses preuves (France 3)
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 3

À l'occasion de la journée européenne de lutte contre l'obésité, France 3 vous fait découvrir le programme proposé à l'hôpital d'Argenteuil (Val-d'Oise).

Ce 23 mai est la journée européenne de lutte contre l'obésité. En France, près de sept millions de personnes souffrent de cette maladie. Problèmes cardiovasculaires, respiratoires, articulaires, des risques de diabète et même de cancer, l'obésité est un souci qui peut en amener beaucoup d'autres. L'opération de l'estomac est parfois la solution la plus appropriée.  

Un accompagnement médical et associatif 

À l'hôpital d'Argenteuil (Val-d'Oise), quand les patients ont été suivis par des diététiciens et des psychologues pendant six à neuf mois, les chirurgiens opèrent par coelioscopie. Ils enlèvent deux tiers de l'estomac. Non seulement le patient mangera beaucoup moins, mais contrairement au simple anneau gastrique, la sleeve gastrectomie permet de ne plus avoir faim. Mais l'opération n'est pas une baguette magique. Le plus dur reste à faire : maigrir. À Argenteuil, les patients sont épaulés pendant plusieurs mois par des médecins, diététiciens, psychologues et par une association. Et parce que le moral est un pilier de l'amaigrissement, des groupes de parole sont organisés chaque semaine. En général, la moitié des patients opérés de l'obésité reprennent du poids au bout de cinq ans. À Argenteuil, le taux d'échec est beaucoup plus faible grâce à un accompagnement à la fois médical et associatif.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.