Homéopathie : le titre du groupe Boiron à la Bourse de Paris suspendu à la demande du laboratoire

Alors la Haute autorité de santé doit rendre son avis définitif sur les bénéfices de l'homéopathie, le laboratoire pharmaceutique s'inquiète des conséquences sur son activité d'un éventuel déremboursement.

Des tubes de granulés homéopathiques, dans un laboratoire, à Brest (Finistère), le 20 mai 2016.
Des tubes de granulés homéopathiques, dans un laboratoire, à Brest (Finistère), le 20 mai 2016. (FRED TANNEAU / AFP)

Le titre du groupe français d'homéopathie Boiron a été suspendu à la Bourse de Paris. Le groupe pharmaceutique a demandé, jeudi 27 juin, la suspension de son cours en Bourse, après une fuite dans la presse sur l'avis définitif de la Haute autorité de santé (HAS) concernant les bénéfices de l'homéopathie, qui pourrait ouvrir la voie à son déremboursement. Cet avis définitif ne doit être rendu public que vendredi, mais il "a été porté à la connaissance du public, avant même qu'il ne soit communiqué aux Laboratoires Boiron", qui n'en avaient "toujours pas eu communication", jeudi matin, déplore le groupe dans un communiqué.

Dénonçant "une nouvelle violation des règles de cette procédure d'évaluation qui nuit gravement à l'entreprise, ses salariés et ses actionnaires", Boiron a demandé à l'Autorité des marchés financiers (AMF) une suspension des échanges sur son titre. Après avoir ouvert en repli de 1,3%, à 36,10 euros, l'action Boiron a vu sa cotation suspendue à 10h33, selon un avis de l'opérateur boursier paneuropéen Euronext. Il évoluait alors en hausse de 0,82%, à 36,85 euros.

Ventes en berne et emplois menacés

Un mois et demi après "un projet d'avis" pointant un "service médical rendu insuffisant", la conclusion très attendue de la Haute autorité marque la fin du processus d'évaluation scientifique de l'homéopathie. Mais elle ne conclut pas le débat sur son déremboursement, puisqu'il revient désormais au gouvernement de prendre la décision. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, interrogée jeudi sur France 2, a déclaré n'avoir pas encore reçu, elle non plus, l'avis de la HAS.

Un déremboursement serait un coup dur pour les laboratoires Boiron, leader mondial du marché, qui réalisent 60% de leurs ventes en France sur des produits homéopathiques remboursables. En cas de déremboursement, le groupe lyonnais anticipe une baisse de 50% des ventes sur ses produits remboursables la première année, puis de nouveau 50% la deuxième. Selon le maire de Lyon, Gérard Collomb, environ un millier d'emplois seraient menacés dans la région.