Cet article date de plus de deux ans.

Gynécologue accusé de viols : le professeur Emile Daraï privé de ses responsabilités de chef de service à l'hôpital Tenon

Le chef du centre endométriose de l'hôpital Tenon à Paris, Emile Daraï, accusé de viols et de maltraitances physiques et verbales par plusieurs anciennes patientes, peut malgré tout continuer à exercer. 

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "viol par personne ayant autorité sur mineur de plus de 15 ans" et pour "viol en réunion". (THOMAS COEX / AFP)

"L’AP-HP et [Sorbonne] Université ont acté avec le Professeur Émile Daraï son retrait de ses responsabilités de chef de service et de responsable pédagogique" à l'hôpital Tenon à Paris, annonce l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) dans un communiqué vendredi 8 octobre, afin que l'enquête interne sur les accusations de viols et de maltraitance le visant puisse "se dérouler dans la plus grande sérénité".

L'AP-HP précise à franceinfo que le professeur, spécialiste de l'endométriose, continue d'exercer et peut donc toujours recevoir des patientes, mais en s'appuyant sur une "procédure formalisée pour s’assurer de la complète information des patientes avant tout examen clinique", comme l'indique le communiqué. Cette procédure s'appuie sur un document écrit, en attendant d'avoir une "charte élaborée par le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, avec la participation de praticiens de l'AP-HP".

Elaborer "une charte commune de bonnes pratiques"

"Le directeur général d'AP-HP, le président de la Commission médicale d'établissement, le président de la Conférence des doyens d'Île-de-France, avec la Collégiale de gynécologie obstétrique, ont décidé de réunir l'ensemble des gouvernances services de gynécologie-obstétrique de l'AP-HP très prochainement, en présence de représentants des usagers afin d'échanger sur l'élaboration d'une charte commune de bonnes pratiques", précise encore le communiqué. L'AP-HP assure que "lors de la conférence des doyens d'Île-de-France, la volonté de renforcer la sensibilisation des internes en formation sur le sujet a été actée".

L'enquête interne terminée "avant la fin octobre 2021"

L'AP-HP et la Sorbonne ont ouvert une enquête interne après la révélation par franceinfo d'accusation de viols et de maltraitances physiques et verbales du professeur Emile Daraï, chef du service endométriose de l'Hôpital Tenon et enseignant à la Sorbonne. La mission d'enquête interne a commencé les auditions de patientes, d'étudiants et de confrères le 1er octobre. Elle a également demandé à la présidente de l'association "Stop aux violences obstétricales et gynécologiques" de la rencontrer et de lui transmettre les témoignages qu'elle a recueillis. Cette mission d'enquête doit rendre son rapport "avant la fin octobre 2021", avait indiqué l'AP-HP dans un communiqué jeudi.

Par ailleurs, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour "viol par personne ayant autorité sur mineur de plus de 15 ans" après le dépôt de plainte d'une patiente, dénonçant des faits qui se sont produits quand elle avait 17 ans. Une deuxième plainte a été déposée contre lui pour "viol en réunion".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.