Le Secours populaire demande l'arrêt de la numérisation "à marche forcée" des services publics

Plus de deux cents démarches administratives "essentielles à la vie quotidienne des Français" sont désormais numérisées. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un espace "France services", à Thuir (Pyrénées-Orientales), le 22 février 2021.  (JEANNE MERCIER / HANS LUCAS / AFP)

"Attention, ce n'est pas par les ordinateurs que vous allez résoudre les problèmes des gens." La secrétaire générale du Secours populaire, Henriette Steinberg, a demandé au gouvernement, mardi 12 octobre, "d'arrêter" la numérisation des services publics "à marche forcée". Sinon, "les gens vont aller vers la catastrophe en klaxonnant", a-t-elle prévenu sur le plateau de France 2.

"Il faut de l'humanité, la puissance publique a la capacité de le faire, surtout si elle dit qu'elle a la volonté de le faire", a-t-elle ajouté, regrettant que certaines populations, non salariées, soient passées "sous les radars" du "quoi qu'il en coûte" instauré pendant la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19.

De plus en plus de démarches en ligne

Début septembre, le ministère de la Transformation publique avait annoncé que 212 démarches administratives, sur les quelque 250 présentées comme "essentielles à la vie quotidienne des Français", étaient désormais numérisées, soit 30 de plus qu'en octobre 2020.

Pendant la crise sanitaire, ceux "qui n'avaient jamais rien demandé à personne (...) : le petit commerce, les indépendants, les toutes petites structures..." se sont "retrouvés avec rien du tout, et aucune connaissance de ce qu'il était possible de faire dans des situations pareilles". Ces populations "ne pouvaient aller vers personne parce que les divers services sociaux étaient fermés", a encore décrit Henriette Steinberg.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Droits et démarches

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.