La grippe, particulièrement meurtrière cette année

Sombre record pour le virus qui est à l'origine de 18 300 décès en plus cette année. Les explications de France 2.

France 2

Selon l'institut de veille sanitaire, l'épidémie de grippe auquel ont du faire face cet hiver les hôpitaux était exceptionnelle par sa durée de neuf semaines, mais aussi par sa virulence. La grippe a causé 18 300 décès de plus qu'une année normale. En France, aucune région n'a été épargnée. 90% des personnes décédées sont âgées de plus de 65 ans.

Mutation du virus

Une surmortalité qui a surtout frappé les personnes âgées vivant au sein de leur domicile. En cause, un vaccin moins efficace en raison d'une mutation d'une souche du virus. "Il faut à peu près six mois pour produire le vaccin et donc le plus tard que la décision peut être prise par l'Organisation mondiale de la santé de la cellule souche qui va être mise dans le vaccin, c'est mars. Entre mars et l'hiver, il peut se passer beaucoup de choses. Ça arrive parfois que les souches évoluent défavorablement et ne soient plus couvertes par le vaccin", explique le docteur Daniel Levy-Bruhl, médecin à l'institut national de veille sanitaire. Mais les médecins recommandent de continuer à se faire vacciner. Celui-ci éviterait, selon une estimation, la mort de 3 000 personnes si trois quarts des personnes de plus de 65 ans étaient vaccinées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une hausse sensible des cas de gastroentérites a été relevée en France métropolitaine, alors que la grippe saisonnière risque d\'arriver pendant les vacances de Noël, annoncent des épidémiologistes, le 18 décembre 2014.
Une hausse sensible des cas de gastroentérites a été relevée en France métropolitaine, alors que la grippe saisonnière risque d'arriver pendant les vacances de Noël, annoncent des épidémiologistes, le 18 décembre 2014. ( MAXPPP)